AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 La Place de la Femelle dans une Meute.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
PROFIL & INFORMATIONS






Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Wolfgang S. Orlov
DANGER POTENTIEL
roi des lycanthropes.

► MESSAGES : 585
Jeu 1 Avr - 22:55





Klavdia a écrit:
« Les hommes sont forts.
Un homme peut contrôler un pays entier, menait son peuple à la guerre, à la mort, le sourire aux lèvres. Il peut mener mille croisades, il peut ravager mille pays. Un homme peut connaître mille gloires, mille tragédies sans jamais chuter. Il peut goûter mille vins, mille fruits, mille viandes. Il peut sentir mille parfums, mille odeurs. Il peut connaître mille champs, mille steppes. Il peut connaître tout cela, mais jamais tout cela ne l'empêchera de revenir à l'unique femme qui a su garder son œil.
Si un homme peut faire tout cela, une femme peut, avec son seul regard, le tuer. Car jamais mille pays ne l'éloigneront de celui où attends sa promise. Jamais mille vins ne l'enivrera plus qu'un baiser de sa fiancée. Jamais mille gloires ne lui feront plus plaisir que son prénom, dans la bouche de son amie. »

De tout temps, les femmes ont occupé une place particulière dans les sociétés masculines, des places importantes. Chez les Ottomans, les concubines faisaient la pluie et le beau temps. De même au Japon, où les Geisha régnaient davantage que les reines. Si d'apparence les hommes sont forts et puissants, derrière chaque empereur se cache une femme, aussi belle et fatale soit elle. N'est-il rien de plus dangereux que deux grands yeux qui vous dictent vos moindres gestes, sans que vous ne puissiez refuser?

L'amour lycanthrope est si fort, si puissant, qu'une louve pourrait envoyer son mâle dans une guerre déjà perdue qu'il s'y jetterait le sourire aux lèvres. Les louves ont un fort ascendant sur les mâles, de tous âges que ce fut. Aucun mâle n'y échappe. Tout comme à Spartes, les femmes ont – dans toutes les meutes – un droit de parole important, et sont à même de prendre des décisions. S'il n'existe, sur toute la population lycane, que quatre femmes à haut postes (dont seulement deux en tant que chef de meute), il n'en reste pas moins qu'elles ne sont pas des moindres. Leur voix, plus forte que celle de n'importe quel prince, fait ainsi régner l'ordre et la justice.

Les femmes lycanes, ainsi, jouent deux rôles très particuliers : celui de mère, et de guerrière. Aucune d'entre elles ne peut dire « je ne sais me battre », car chacun a déjà manier une arme, que ce soit l'épée ou l'arc. Chacune est formée à défendre les enfants, car la guerre fait partie des gênes lycans, et qu'une bonne éducation passe par la guerre. Les lycanthropes ont ça dans le sang. La guerre, pas le massacre.

Ainsi, si les hommes accordent autant d'importance aux femmes, c'est car elles sont indispensables au peuple des loups, et qu'ils reconnaissent en elle la figure même de Lupa, la louve qui recueillit les jumeaux Remus et Romulus. Figure maternelle, la femelle, dans une meute de loup, est souvent traitée avec le plus grand respect et la plus grande délicatesse.
Une femme donne des enfants, et ses enfants deviendront plus tard le peuple, la force militaire, la force intellectuelle. Puisqu'elle donne ainsi de beaux enfants, forts et vigoureux, elle se doit d'être traiter comme étant plus qu'un homme (un homme ne pouvant donner naissance). Une femme, de même, a assez de force et de tempérament pour parler en public, car son éducation de guerrière veut qu'elle puisse tenir tête à n'importe qui.
Les louves, se trouvant derrière des mâles, telles que les grandes reines des meutes, sont importantes et peuvent assister aux conseils et autres discutions. Elles peuvent préparer des plans d'attaques, ou au contraire aller sur les champs de bataille et garantir de l'aide en tant que secouristes.

Une louve a tous les accès, et si une louve est souvent considérée comme inférieure à son mâle, il n'en reste pas moins qu'elle possède assez de pouvoir pour s'opposer à n'importe quel autre mâle.

La seule personne envers laquelle la louve n'a aucun droit est son mari et son père. Ces deux hommes sont, en effet, les figures masculines et originelles de la louve. Tout comme un fils n'ira à l'encontre de son père, une louve ne peut aller contre la parole du sien. Pour ce qui est du mari, c'est souvent car le mâle et la femelle se mettent d'accord avant de parler, et qu'un mariage solide se crée autour d'une parole commune, dans lequel cas il n'est pas besoin pour la louve de s'imposer à la place de son mâle.

De toutes les louves pourtant, il s'en montre quatre plus honorables que les autres. Nous voyons ainsi, dans ce petit cercle, apparaître Moëris (Moëris de Thessalie), Klavdia ( Perséphone de Macédoine), Leto (Léto de Lycie), et Elie (Elisheva de Judée).


 

La Place de la Femelle dans une Meute.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» La place d'Haïti dans le monde
» Waverly Place RPG
» Les morts prennent parfois plus de place que les vivant dans nos coeurs /Anti/
» L'amour est une fumée faite de la vapeur des soupirs ♦ Hélène & Lilieth
» 00- Frise chronologique
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POET&PENDULUM. :: ...et la magie commence. :: ♦ Le Livre de Seth. ♦-