AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 Juste en passant...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
PROFIL & INFORMATIONS






Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Folayann
POUFSOUFFLE. ► sixième année.

► MESSAGES : 18
Sam 28 Jan - 2:03



Le repas du soir est terminé. Chacun retourne à son passe-temps favoris. Peu de gens connaissent vraiment quel est le passe temps favoris des Folayann. En fait, les gens ont plutôt l'impression que leur passe-temps de prédilection est de changer constamment de passe-temps. C'est sans doute la raison la plus proche de la réalité. Ce qui est certain, c'est que les Folayann ne tiennent pas en place. Les garder immobile durant les heures de cours tient du miracle, bien que Mio dessine constamment, Akilah lit les chapitres suivants des manuels et qu'Elz, si elle ne fait rien, trépigne sur sa chaise, incapable de rester sans bouger. Tout le monde a jadis été témoin des moments en classe ou Elz tombait carrément de sa chaise parce qu'elle ne tenait pas en place. Évidemment, ça lui donne des allures de tarés et cette réputation lui sied parfaitement. Le reste du temps, les Folayann sont en mouvement. Leurs repas sont avalés en quelques secondes et ils filent vers l'ailleurs. Personne ne sait vraiment ce qu'est l'ailleurs, mais ils se plaisent à dire qu'ils vont aller voir ailleurs s'ils y sont. Pourtant, ils sont toujours là quand il faut. Ou pas, selon les points de vue. Ils disparaissent parfois pendant des heures, sans que personne ne sache où ils sont. Et puis ils reviennent et ils sont là. Les Folayann ont une merveilles capacité d'être là. Ils sont tellement là que c'est parfois difficile à supporter. Comme ce soir, ils ont à peine parut dans la Grande Salle pour le repas du soir. Ils ont attrapée quelques trucs au passage. Peut-être sont-ils resté 5 minutes assis à la table des Poufsouffle. Ensuite, ils sont disparut et personne ne les a revu. Personne ne les a sans doute chercher, me direz-vous. C'est vrai.

Mais dans la Salle commune de Poufsouffle. leur présence se fait soudainement sentir. Ils n'étaient pas là, puis soudainement, avant même de les voir, ils sont là. Un peu comme si la salle commune elle-même anticipait leur venue. L'air y est soudainement différent. Ils pénètrent dans la salle commune avec le fracas habituel, Elz devant. Elz est toujours devant. Sauf le jour de leur naissance, mais c'est une autre histoire. Il y a soudainement beaucoup de leur présence dans la grande pièce. Elzykor et Miozan passent sans regarder personne, tenant chacun un sac de toile visiblement humide. Ils trainent dans leur sillage un air froid et humide aux effluves vaseuses. Ils laissent d'ailleurs des traces vaseuses que la dernière, Akilah chargée d'un volumineux bouquin, s'empresse de faire disparaître d'un sort nettoyant. Mieux vaut ne pas trop attirer l'attention sur leurs déplacements. Mais pourtant, contrairement à son frère et sa soeur, elle s'attarde dans la salle commune.

Elle vient de voir Ash. Feignant de chercher des traces de boues, elle fait le tour de la salle commune, bien loin du passage qu'ils ont prit pour la traverser. Après s'être assurée que rien n'ait pu se cacher dans la salle commune, elle vient s'assoir dans un confortable fauteuil jaune et noir, juste en face d'Ash, bien droite, le bouquin posé sur le genoux, les mains bien à plat dessus. Elle adopte en fait la posture requise lorsqu'on se rend dans le bureau de la directrice. Et elle le dévisage. Et être dévisagé par Akilah provoque le même effet que le mauvais rêve qui fait qu'on se croit totalement nu sous le regard de tout le monde. Mais il n'y a qu'Akilah.

Elle n'attend pas grand chose. Elle attend juste un geste, une manifestation qu'il l'a remarqué.






Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Ash Lazzaro
POUFSOUFFLE. ► septième année.

► MESSAGES : 97
Mer 1 Fév - 15:59


    C'était une soirée comme les autres, typiquement de celles que Ash trouvait idéales, principalement parce que, lové dans un fauteuil, il n'avait rien d'autre à faire que de lire le prochain chapitre de son livre de Potions, Théories des sciences liées à la fabrication de l’Élixir de Longue vie. Peut-être qu'ensuite, s'il s'ennuyait, il prendrait un peu d'avance sur le programme et se mettrait à lire son manuel d'Histoire de la Magie dans la foulée. Il avait beau être de ces êtres apparemment insouciants et inintéressés, il n'en était pas moins l'un des plus travailleurs de sa classe, sauf que, contrairement à la plupart des lèches-bottes de l'école, il le faisait en cachette. Comme on ferait une prière dans le secret d'une alcôve pour qu'elle ait plus de valeur. En classe, il était toujours celui qui ne prenait la parole que si l'on y forçait, et encore, cela se faisait non sans mal, celui qui se mettait assis derrière les leaders et les fauteurs de troubles pour faire oublier sa présence. Il n'était qu'une ombre dans le sillage des Serpentards qu'il fréquentait et, s'ils étaient nombreux à lui reprocher son étrange et dérangeante allégeance à Calixte, Ash n'en faisait pas cas et se contentait généralement d'un haussement d'épaules désinvoltes comme clôture à toutes conversations. Pour dire quoi ? Qu'il appartenait au jeune homme depuis qu'il avait l'âge de s'en souvenir et qu'il n'y pouvait rien s'il devait se montrer loyal envers lui, comme un chien aurait aimé son maître ? Explications inutiles. Les gens ne comprendraient pas, s'indigneraient et chercheraient à le soustraire au Serpentard, ce qui ne ferait que rompre sa part dans le serment inviolable fait par leurs deux pères. Un risque qu'il n'était pas prêt à prendre.

    Le calme ambiant de la Chambre de Poufsouffle se trouble soudain et il met, lui, encore de longues secondes avant d'émerger de son bouquin, pour observer à son tour ce qui peut bien causer un tel remue-ménage. Il esquisse un sourire en reconnaissant les triplés Folayann. Comme si ça avait pu être quelqu'un d'autre ! Ils avaient le don d'attirer l'attention sur eux, pas toujours en bien d'ailleurs, mais c'était quelque chose qui amusait beaucoup Ash, et il n'y avait pas beaucoup de personnes capables de le faire sourire comme ça, pour rien d'autre que le simple fait d'être là. Contrairement aux autres Poufsouffles qui leur lancent des regards courroucés en cherchant à imaginer ce qu'ils peuvent bien transporter dans leurs sacs dégoulinants d'eau et porteurs d'effluves étranges, Lazzaro ne peut retenir un léger rire étouffé en les voyant si concentrés sur leur butin. Il lève les yeux au ciel en voyant Akilah nettoyer les traces que ses deux frangins laissent derrière eux puis replonge dans son livre. De toutes façons, le spectacle est terminé ; les connaissant, ils vont disparaître comme à leur accoutumée. Sociables mais assez inséparables et exclusifs entre eux, semblerait-il. Il ne se passe pas plus de trois minutes avant qu'une étrange gêne ne le saisisse sans qu'il puisse en expliquer la cause. Il se tortille un peu sur son fauteuil avant de finalement lever les yeux, son regard accrochant celui de Kill, qui l'observe à loisir comme s'il était un sujet d'étude particulièrement intéressant. Il rosit légèrement, détourne le regard quelques secondes avant de reporter son attention sur elle, refermant son livre avec délicatesse, penchant la tête, se demandant ce qui a bien pu la faire quitter le trio. Inutile toutefois de lui demander ce qu'elle veut. Il ne veut pas le savoir et elle ne le lui dirait sans doute pas. Quoique. Un sourire amusé tandis qu'il désigne l'escalier par lequel Miozan et Elzykor ont disparu. « Est-ce qu'on va perdre des points à cause de votre nouvelle trouvaille ? » Oui, parce qu'il y avait fort à parier que ce qu'ils avaient ramené était tout sauf autorisé dans l'enceinte du château. Il se contente de sourire parce qu'après tout, contrairement à beaucoup, la Coupe des Quatre Maisons, il s'en fiche éperdument. Ses prunelles vertes redescendent sur le livre qu'elle tient dans les mains, un ouvrage qu'il ne reconnait pas comme étant un des manuels scolaires qu'ils doivent acheter pour les cours. « Qu'est-ce que tu lis ? » Alentour, on les regarde déjà avec un intérêt certain, comme s'ils complotaient quelque chose ou comme si on trouvait étrange que le laquais de Calixte traîne avec Akilah, dont on savait bien qu'elle ne supportait pas les gens de leur espèce.






Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Folayann
POUFSOUFFLE. ► sixième année.

► MESSAGES : 18
Sam 4 Fév - 17:18



Ash finit par lever les yeux sur elle et durant une fraction de seconde, leurs regard se croise. Sans doute le temps qu'il la reconnaisse et il semble soudainement gêné par la situation. Enfin, peut-être est-ce juste parce qu'elle le fixe ainsi et que ça l'intimide. Elle ne dit rien, se contente d'esquisser un sourire qui n'a rien à voir avec son sourire perfide et mesquin habituel. Ça semble être le sourire d'Akilah et non celui des Folayann. Elle attend sagement, qu'il lui accorde toute son attention, ou alors qu'il déguerpisse sans autres réponses. Ça ne serait pas étonnant, les Folayann ont mauvaise réputation. Mais heureusement pour lui, il revient sur elle et pose son livre. Le sourire d'Akilah s'accentue, jusqu'à créer des petits plis au coin de ses yeux.

- Est-ce qu'on va perdre des points à cause de votre nouvelle trouvaille ?

Elle suit le regard d'Ash qui désigne l'escalier en haut duquel se trouvent son frère et sa soeur. Elle ne tenait pas vraiment à être là. C'est sale et dégoulinant. Elle sait très bien ce qu'ils font de toute manière. Elle émet un presque inaudible gloussement quand elle y pense. C'est quand même intéressant. Elle secoue la tête et inspire.

- Oh, seulement si on se fait prendre.

Ce qui revient à dire non. Elle soupire et revient sur Ash. C'était une mystère à propos des Folayann. On les voyait sans cesse faire des mauvais coups. Du moins, en avaient-ils l'air. Tout le monde savait qu'ils tramaient des choses, sans doutes interdites, mais jamais ils ne se faisaient prendre. Ou du moins, s'ils s'étaient déjà fait prendre, personne, du moins aucun élève ne le savait. La rumeur voulait que même les professeurs et la direction préfèrent fermer les yeux sur ce qu'ils pouvaient bien faire ou non plutôt que les restreindre, les surveiller et d'en subir les conséquences. Mais les Folayann étaient prudents. Autrement, ils seraient sans doute déjà morts, ou expulsé de Poudlard, ou pas. Peut-être que s'ils étaient moins prudents, ils seraient plus sages.

- Qu'est-ce que tu lis ?

Sans baisser les yeux sur son livre, elle hausse les épaules, raffermissant peut-être sa prise sur le dos du livre. Impossible de savoir de quel sujet il s'agit. Rien à l'endos, rien sur la tranche n'indique le sujet du livre.

- Rien pour l'instant, dit-elle d'un ton innocent.

C'est fondamentalement la vérité. Elle ne lit rien pour le moment. Mais ce n'est pas totalement vrai, puisqu'elle a posé un gros bouquin à la couverture noire sur ses genoux. D'un autre côté, qu'elle le porte ne signifie pas qu'elle le lise... mais c'est Akilah... Akilah a toujours un énorme bouquin entre les bras. Du moins quand ils reste plus de cinq minutes assis sagement quelque part. La plupart du temps au pied d'une grande fenêtre dans les escaliers. Ça permet à Elz de savourer plus longtemps l'effet d'un croque-en-jambe aux Petits Rois qui passent. Ils tombent plus longtemps. Akilah est la seule des trois que l'ont voit étudier. Elle est en fait la seule que l'on voit avec des livres, mais il est difficile de savoir si c'est pour son éducation ou si c'est surtout pour les écraser sur la tête des Petits Rois. On l'a déjà vu faire. Akilah ne se salit jamais les mains, mais il en est autrement pour ses bouquins.

N'ayant quitté sa position originale que pour regarder dans la direction indiquée par Ash, elle tourne cette fois la tête pour dévisager une fille jaune et noire qui les fixe. Digne d'une reine, elle ne fait que tourner la tête, bat des paupières une fois et pose son regard sombre sur l'espionne. Elle n'a pas besoin de faire grand chose. Juste la dévisager, quelques secondes. Un son à l'étage fait déguerpir l'indiscrète d'un bond. Et si Elz descendait ? Elle revient sur Ash, visiblement satisfaite. Elle baisse rapidement les yeux sur le livre d'Ash et hoche la tête.

- Le seul moyen vraiment efficace de vivre longtemps, peu importe les théories et les sciences, c'est de ne pas mourir.

Elle le dit sur le même ton que lorsqu'elle a dit qu'ils ne se feraient pas prendre. Ça semble visiblement être la même chose pour elle. Se faire prendre, la mort, c'est du pareil au même. Ça empêche de vivre.






Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Ash Lazzaro
POUFSOUFFLE. ► septième année.

► MESSAGES : 97
Mar 21 Fév - 21:38


    « Est-ce qu'on va perdre des points à cause de votre nouvelle trouvaille ? » Il désigne d'un léger mouvement de tête les escaliers par lesquels Elz et Mio ont disparu avec leur butin. Il a beau jouer les désintéressés, comme toujours, il se demande tout de même avec curiosité ce qu'ils peuvent bien manigancer. Non pas que ça l'intéresse vraiment mais tout de même, il aimerait bien se faire une idée. « Oh, seulement si on se fait prendre. » Il ne peut retenir un petit rire amusé mais franc et, étrangement, bien qu'ils ne soient pas extrêmement proches, Ash n'ayant jamais trouvé vraiment sa place auprès d'elle en raison de sa fratrie omniprésente, elle est l'une des rares personnes à pouvoir le faire rire comme ça. Naturellement, sans y penser, sans devoir se retenir de peur de ce que les autres pourraient penser. Il remue la tête, amusé, presque séduit par cette aura qu'elle dégage, quelque chose qui le rassure et qui l'apaise, lui qui vit pourtant sur des charbons ardents en permanence. Ses prunelles vertes se posent sur le livre et, c'est presque innocemment qu'il interroge. « Qu'est-ce que tu lis ? » « Rien pour l'instant. » Il la regarde un instant interdit, trouvant la réponse idiote puisque Akilah a joué à prendre la question au pied de la lettre et puis, finalement, il comprend qu'elle plaisante, ou que ça y ressemble, alors il se détend et s'autorise même un sourire plus circonspect. Mystérieuse jusqu'au bout des ongles, ça a sans nul doute quelque chose d'intrigant et ça en pousserait sans doute beaucoup à vouloir creuser pour découvrir les choses que la jeune demoiselle pouvait bien avoir à cacher. Cependant, ce n'était pas son cas ; il n'avait pas la curiosité dans ses attributs, au contraire on s'était évertué à lui apprendre la discrétion comme à tout domestique qui se respecte, et de toute façon, il n'avait pas franchement de temps à perdre à découvrir les secrets des autres quand il avait bien assez de peine à dissimuler le sien aux questions des élèves trop curieux. En parlant de curieux... Il ne peut s'empêcher de remarquer qu'ils sont nombreux à les observer du coin de l'œil, l'air de rien, se demandant sûrement ce que le chiot de Calixte, comme ils sont beaucoup à le surnommer (et l'on évoque ici que le sobriquet le plus poli), peut bien avoir à dire à Akilah. Définitivement, les deux ne semblent pas appartenir au même monde et ça ne peut qu'intriguer. Il se contente de détourner le regard, pas vraiment fait pour les confrontations et les œillades assassines. Il ne peut cependant s'empêcher de remarquer que sous ses airs doux et avenants, Kill peut se montrer effrayante, en tous cas pour les autres Poufsouffle présents dans la pièce qui se remettent soudain à vaquer à leurs occupations, comme si de rien n'était. Hypocrisie. A croire que le monde n'était fait que de ça. Un peu embarrassé, il ne remarque pas le coup d'œil que la jeune fille jette à son propre livre. « Le seul moyen vraiment efficace de vivre longtemps, peu importe les théories et les sciences, c'est de ne pas mourir. » Il hausse un sourcil moqueur et esquisse une grimace. « Sans vouloir t'offenser, c'est un peu facile de sortir des vérités toutes faites. » Il a un sourire, léger mais profondément empreint de quelque chose de triste qui disparaît presque aussitôt, pour faire place à quelque chose de plus joyeux même si cela sonne résolument faux. Ses doigts effleurent la tranche de son livre avec tendresse puis finalement, il demande, dans un sourire un peu enfantin. « Pourquoi tu ne me détestes pas, comme les autres ? » Il coule un regard en coin vers les jaunes et noirs qui l'injurient régulièrement. « Toi qui hais tellement les petits rois et leurs cours... » Une pause, un sourire qui s'élargit un peu plus comme il penche la tête. « Qu'est-ce qui fait que le bouffon du roi Calixte trouve grâce à tes yeux ? » Un des autres nombreux quolibets qu'on pouvait avoir à son égard. La réponse l'intéresse vraiment, comme s'il espérait qu'elle ait pu percer un peu à jour sa carapace et qu'elle soit assez lucide pour se rendre compte qu'entre McSwann et lui, c'était autre chose qu'une prétendue amitié.






Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Folayann
POUFSOUFFLE. ► sixième année.

► MESSAGES : 18
Jeu 23 Fév - 3:45



Sa réponse avait pourtant tout de l'évidence. C'était une réponse soigneusement choisie. Akilah ne disait que rarement des banalités. L'expression d'Ash ne lui échappe pas et elle se demande soudainement ce qui cloche.

- Sans vouloir t'offenser, c'est un peu facile de sortir des vérités toutes faites.

Un instant de flottement où elle se demande si elle ne va pas lui fracasser le crâne avec son propre livre, mais elle finit par hocher la tête et esquisse un sourire. Les vérités toutes faites sont bien plus fiables que les mensonges originaux et les espoirs vains.

- C'est aussi beaucoup plus facile de tenter de trouver un élixir de longue vie que de travailler fort à vivre longtemps. Sans vouloir t'offenser.

Elle se demande bien pourquoi il lit ce genre de bouquin. Il cherche à trouver l'élixir de longue vie pour survivre à Calixte ? Ce serait une bonne idée, il pourrait sans doute vivre après Calixte. À son avis, ce serait nettement plus amusant de condamner Calixte à vivre longtemps, très longtemps. Il pourrait se voir dépérir, être abandonné et sentir la mort approcher très longtemps. L'idée lui plaît. Mais bon, elle sait que vivre longtemps est un dur labeur. La preuve, il suffit de ne rien faire pour mourir.

- Pourquoi tu ne me détestes pas, comme les autres ?

Comme les autres ? Pourquoi ferait-elle comme les autres ? C'est une drôle d'idée. Faire comme les autres, c'est tellement banal. Elle plisse le nez de dégoût. Mais elle a beau chercher, elle ne trouve pas ce qu'elle pourrait détester chez lui. Elle déteste chez Calixte et les petits rois cette manie de qualifier les gens à leur nom de famille et à la soit disant pureté de leur sang. Mais les Folayann savent que la pureté du sang n'est pas viable, qu'elle affaiblit le corps et l'esprit. Les petits rois n'ont aucun instinct de survie, trop habitués à se faire servir.

- Toi qui hais tellement les petits rois et leurs cours...

Nan, c'est un faux jugement. Les Folayann ne détestent pas la cours de petits rois. Mais pour atteindre les petits rois, il faut invariablement traverser la cours. Les méfaits accomplis sur la cours des petits rois ne sont que des dommages collatéraux. La cours n'a qu'à garder une distance respectable. Mais c'est rarement le cas. Elle ne dément pourtant pas la rumeurs. Pourquoi le ferait-elle ? Il lui adresse un large sourire, auquel elle ne croit pas. Il manque ce plis caractéristique aux coin des yeux.

- Qu'est-ce qui fait que le bouffon du roi Calixte trouve grâce à tes yeux ?

L'air grave et circonspect d'Akilah tranche avec le sourire d'Ash. La question la surprend, parce qu'elle n'a jamais pensé qu'il puisse la lui poser un jour. Pourquoi l'aurait-il fait ? Pourquoi l'a-t-il fait ? Elle bat des paupières à quelques reprises, cherchant et pesant bien ses mots. Elle aurait bien parlé au nous, puisque tous les trois pensaient de la même manières au sujet d'Ash, mais elle choisit plutôt le je. Sans quitter Ash des yeux, elle se penche en avant, pour se rapprocher, parce que certaines affirmations méritent d'être dites avec discrétion.

- J'admire ton allégeance envers Calixte. Il ne la mérite pas. Il ne la respecte même pas d'ailleurs et pourtant...

Elle plisse les yeux, comme si elle cherchait à lire en Ash l'explication logique de son allégeance à sens unique. Elle recule, question de remettre une distance respectable entre eux. Officiellement, les parents de Calixte avaient adopté Ash, mais quelque chose dans l'attitude d'Ash et de Calixte clochait. Les Folayann, en 6 ans, avaient élaborés des tas de théories, mais aucune d'elle ne tenait vraiment la route. Ils n'avaient jamais posés la question, premièrement parce que ce que Ash racontait sonnait faux et deuxièmement pour éviter que la réponse soit encore plus minable ce qu'ils avaient pu imaginer. Mais comme c'était lui qui avait posé la question en premiers, oserait-il en dire plus ?










Contenu sponsorisé




 

Juste en passant...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Gérard Jean-Juste janbe kafou a
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]
» Essai: juste une petite salutation!
» Who is Viter Juste?'' Istwa yon Ayisyen Diaspora.
» Gérard Jean-Juste contre la désignation de Michèle Pierre-Louis
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POET&PENDULUM. :: Bienvenue à Poudlard! :: Le Château... :: les cachots; :: la Chambre de Poufsouffle-