AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 #1 - Métamorphose - Résumé et fin des vacances

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
PROFIL & INFORMATIONS






Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Harkaitz Rocstone
PROFESSEUR de métamorphose.
► Dr. de Poufsouffle.


► MESSAGES : 87
Dim 22 Jan - 22:57



Le soleil de cette fin d'avant midi baigne la salle de Métamorphose d'une lumière chaude et jaune. D'ailleurs, contrairement à plusieurs autres endroits dans le château, il fait plutôt chaud dans la salle de métamorphose. Du moins depuis que le professeur Rocstone s'acharne à garder les épais rideaux de la salle bien ouvert. Il ne les a pas retiré par souci d'esthétisme, mais chaque matin, il les ouvre systématiquement pour permettre au soleil timide du Royaume Uni de réchauffer la pierre froide. De toute façon, la salle plongée dans le noir serait néfaste à l'apprentissage des élèves, disait-il et surtout à la croissance du kentia en plein milieu du mur de fenêtre. Parfois Harkaitz usait de cette plante des chaudes latitudes pour donner des exemples, c'était donc aussi un outil de travail. Et il faut prendre soin de ses outils e travail.

Les élèves commencent à s'infiltrer dans la salle de classe, la plupart n'attendant que la cloche pour aller luncher. Décidément, le dernier cours avant midi n'était pas le plus propice à l'enseignement, ils ont faim. Pas plus que celui après le repas. Tout le monde a un coup de fatigue après le repas. Le premier cours du matin était souvent lent du aux élèves pas trop éveillés et parfois même à cause du professeur pas trop éveillé. Et au dernier cours de la journée, tout le monde en avait marre, professeurs compris. Finalement, le cours avant le midi n'est pas le pire. De toute façon, il est plutôt laxiste sur la nourriture en classe. D'accord, mieux vaut éviter le steak et les frites, mais une petite collation discrètement dégustée, il ne dit rien. Un ventre affamé n'écoute pas, il pense à manger. Et puis, bon, il a n enseignement à donner, il ne peut quand même pas empêcher ses élèves de s'assurer d'être attentifs. Les jeunes à cet âge ont toujours faim après tout.

Assis à l'avant de sa classe, son matériel flottant devant lui, il consulte ses notes, saluant chacun des élèves entrant dans la pièce par leur prénom précédé de la distinction Mademoiselle ou Monsieur. Harkaitz n'use des patronyme que lorsque qu'il a des réprimandes ou par soucis de trop de courtoisie dans les couloirs. En classe, tout est un peu plus détendu, un peu plus relax. Enserré dans sa redingote noire de sorcier parfaitement ajusté, sur une chemise d'un blanc étincelant, Harkaitz Rocstone, illuminé par le soleil lui-même semble parfaitement dans son élément. Il offre un de ses inépuisables sourires à chacun des élèves qui entre dans sa classe. Il les connait presque tous. Ils les a presque tous eu les années précédentes. Les élèves de Poudlard ne se renouvellent jamais totalement.

Un brouhaha se fait entendre dans le couloir. Un martèlement régulier de bois sur le plancher et des exclamations courroucés d'élèves. Il y a aussi un ou deux fracas indiquant que des manuels et des feuilles de parchemins ont volé dans le corridor et ce sont rependu sur le sol. Dans un grincement et un raclement de bois d'acajou sur massif bois de chêne, la cause de tout ce bruit traverse la classe avant de s'immobiliser devant Harkaitz. Celui-ci dévisage son bureau et fronce les sourcils.

- Tu es en retard, reproche Kaitz avant de sourire.

Le meuble en acajou réplique d'un grincement, avant de s'immobiliser pour de bon. Il tapote du bout des doigts la surface usée et brulée par endroit de son bureau, avant de se lever. Son matériel se dépose délicatement sur le plan de travail. Le cours pourra bientôt commencer, il ne manque que les retardataires habituels. Harkaitz regarde l'heure. Il est l'heure pile. Harkaitz n'a rien contre les retards. Il faut savoir par contre que retard à l'arrivée signifie retard au départ. Il fait le tour de son bureau, et passe devant, avant de s'y asseoir. Il attends, il a tout son temps.



____________________
    FICHE
    RELATIONS
    SUJETS
    How long does it last ?
    Can love be measured by the hours in a day?
    I have no answers now, but this much I can say
    I'm going to need her untill the stars all burn away
    And she'll be there

DC : Edith D. Arweiller, Folayann






Voir le profil de l'utilisateur


avatar

James A. Grey
SERPENTARD. ► septième année.

► MESSAGES : 8
Mar 24 Jan - 9:09


James Grey n’était pas… rigoureux. C’était sans doute dû au fait qu’il avait toujours eut la flemme de faire quoi que ce soit qui ne lui ait rien rapporté de concret. Travailler, c’était bien, mais en avait-il vraiment besoin ? C’était la question qui toujours l’avait ramené à ne rien faire de ses dix doigts, et à conserver une moyenne haute sans pour autant être excellente. Il avait du potentiel, comme n’importe qui, et des facilités conséquentes, mais n’en faisait rien. Rien de plus que ce pourquoi elles étaient là : lui donner une place dans les dix premiers sans être le premier.

Si ses parents avaient su que la seule chose que faisait James à Poudlard c’était… marcher les mains dans les poches, il se serait sans doute pris une bonne raclée par son père et aurait fini à la poivrière à compter les secondes pour se détendre. Dans le fond, peut-être même qu’il n’attendait que ça. Une bonne raclée. Il soupira en y repensant. Si seulement son frère n’était pas passé avant lui et n’avait pas marqué autant de but, peut-être qu’il aurait pu être bon. Il aurait eu cette motivation de tous les enfants que d’être le meilleur dans les yeux de ses parents, mais maintenant que Brivael avait affiché les meilleurs résultats, qu’est-ce qu’il lui restait ? Même pas le quidditch. Il le savait d’avance, il n’aurait pas supporté un « tu es aussi bon que Brivael ». Aussi bon.

« Mon cul… » grogna-t-il en s’extirpant de la salle dans laquelle il avait stagné. Ce n’était pas tant que ça le dérangeait. C’est juste qu’il n’en pouvait plus d’être comparé. Il aurait même adorer être nul en métamorphose, si seulement ça l’avait détaché un peu du nid familial. Pareil que ton père, pareil que ton frère ! Oh ! … Oh quoi ? Il fit la gueule en voyant qu’il n’y avait encore personne dans le couloir de métamorphose que des premières années qui se bousculer. On s’attroupe doucement. Il est rejoint nottament par ses amis Serpentard, Calixte, sa sœur, et la sienne. Orphée derrière, mais parce que les chiens sont toujours derniers.

Quand on appelle son nom, il entre, s’assoit près d’une fenêtre. Dans la lumière, sa peau pâle n’en ressort que davantage, ou peut-être ses yeux ? S’il avait eu les yeux verts de sa mère, il aurait ressemblé à une vipère. A la place, il ressemble davantage à un ange ténébreux, les cheveux relâchés sur ses épaules, comme toujours. Sur la table, son chartier grimpe, se pourlèche les babines et ricane en voyant Camille Spencer se prendre dans la hanche une quart de table en essayant de retenir son crapaud entre ses doigts. Le chartier rigole encore un peu et finalement se calme.

« Fieffé… »

Le chartier le fixe et se roule en boule sur la table. Ça ne le dérange pas d’être l’instrument de son maître, quand ça n’ait que de lui – bien sûr.

A sa gauche, la jolie Symphony Grey regarda se poser sa mainate sur le bureau, son bec claquetant. Le chartier jeta un sale regard à l'oiseau mais la mainate ne se démonta pas, fixa le gros furet et gonfla son poitrail noir, son bec jaune claquant plus fort encore. James glissa ses doigts dans la fourrure de son chartier qui se calma aussitôt.






Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Ash Lazzaro
POUFSOUFFLE. ► septième année.

► MESSAGES : 97
Mar 24 Jan - 11:33


    Quand bien même le cours de Métamorphoses était l'un de ses préférés, il redoutait la première leçon de cette année plus que tout. Son esprit n'avait cessé de lui faire miroiter des cauchemars ridicules dans lesquels Calixte le présentait à la classe comme son familier et l'utilisait comme cobaye pour ses transformations, tandis qu'il n'avait d'autres choix que de rester assis à ses pieds comme un chien. Ainsi, alors qu'il suivait le duo composé de Maleficent et de Calixte, il s'arrêta brusquement entre le cinquième et le sixième étage, hésitant vraiment à faire l'école buissonnière et à manquer ce cours. Un bref regard alentour pour trouver la meilleur échappatoire mais déjà, une voix bien connue le rappelait à l'ordre. « Si on est en retard à cause de toi, Orphée... » Calixte n'avait pas besoin de finir sa phrase, Ash, surnommé Orphée, savait très bien ce qui l'attendait dans ce cas alors, c'est dans un soupir à fendre l'âme qu'il se remit en route, marchant à la suite des deux Serpentards, les mains dans les poches puisqu'il n'avait pas de familier à amener avec lui. Les McSwann ne lui en avaient jamais offert, chose normale, si l'on considérait qu'il était la propriété de Calixte ; comment quelqu'un qui ne s'appartenait pas lui-même pouvait posséder quoique ce soit ? Il pénétra donc dans la salle juste derrière eux, dédiant un demi-sourire poli au directeur de Poufsouffle avant d'aviser les bureaux libres. Par précaution, il préférait aujourd'hui s'éloigner le plus possible mais cela revenait à se rapprocher de James et de son chartier, une bestiole qu'il détestait autant qu'elle lui faisait peur. Entre la peste et le choléra... De toute façon, il savait bien que jamais James Grey ne tolèrerait sa présence à ses côtés, aussi s'assit-il au bureau situé derrière le sien, attendant que le cours commence mais avec encore plus d'impatience qu'il ne se termine. L'arrivée impromptue d'un meuble doté de vie lui arracha un sourire amusé et il se rassura un peu.






Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Mikhaïl Vanna Syl
SERPENTARD. ► septième année.

► MESSAGES : 93
Mar 24 Jan - 11:41


La Métamorphose était l'une des matières où les Vanna Syl semblaient y avoir un don particulièrement inné. Pour eux, la compréhension de la matière était instinctif. Il n'y avait aucune difficulté à comprendre un théorème et une dissertation sur un état particulier. Ils leur suffisaient d'écouter, de comprendre les mouvements du professeur, puis de s'y exécuter une ou deux fois pour assimiler l'enchantement sans trop de soucis. C'était un peu leur cheval de course lorsque l'on savait que quasiment tous les Vanna Syl étaient animagus. Sauf Mikhaïl. Mikhaïl était autre chose, il possédait un don particulier que sa famille maternelle avait plutôt bien acceptée, jugeant ce dernier comme étant une pièce de choix si jamais le domaine familial s'en voyait menacé. C'était ainsi que Mikhaïl avait pu s'apprécier un minimum. Juste suffisamment pour pouvoir être un petit con prétentieux, malgré des cicatrices que l'adolescence vous infligent avec de vives lames émoussées. Mikhaïl n'en était pas moins nul en métamorphose, bien au contraire. Son sortilège de prédilection était sans conteste le sortilège de Transfert qu'il manipulait avec brio. Quoiqu'il en soit, c'était son dernier cours du matin, et après un cours de sortilège où ils avaient plus grattés qu'autre chose, le curieux mélange géographique prenait la direction du sixième étage en compagnie des élèves de sa maison, avec lesquels ils passèrent leur trajet à se foutre de la gueule des autres élèves, à voix haute, sans jamais rencontrer une quelconque résistance.

La cloche avait sonné voilà dix minutes, que déjà elle resonnait pour annoncer le début du dernier cours de la matiné. Mikhaïl entra devant Orphée, un léger sourire sur les lèvres. Accepter son sort ainsi, c'était d'une telle connerie, que pour le Vanna Syl, ce type ne valait rien de mieux que son sort que les McSwann semblaient lui infliger. Quel trou du cul, sérieux. Avoir un tel manque d'amour propre n'était plus franchement permis en ce monde. Tout indiquait que seuls les plus forts avaient une place. S'avançant vers une place, vers le milieu, il retira son keffieh aux couleurs de Serpentard, et déboutonna les premiers boutons de sa chemise après avoir défait ses cravates. Qu'est ce qu'il faisait chaud ici... Lançant un regard vers Rocstone, il sort ses affaires, lançant des regards blasés à son meilleur ami, Chikere, qui déjà, jouait avec sa baguette. « Espérons que ce soit autre chose que le cours de Woodcroft. » Mikhaïl hocha de la tête, un fin sourire sur ses lèvres. Si Rocstone les faisait gratter du papier, le Serpentard ne donnerait pas chère de l'état de sa main. Il avait oublié sa plume à Papote ce matin, et l'idée d'avoir une tendinite avant la reprise des entraînements de Quidditch l'agaçait. Enfin bon, venant du dirigeant de la maison Poufsouffle, on se demandait réellement si on pouvait s'attendre à mieux que ses propres élèves. Quoique c'était pas bien difficile, en fin de compte.






Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Folayann
POUFSOUFFLE. ► sixième année.

► MESSAGES : 18
Jeu 26 Jan - 2:15



Les Folayann vivent en parfaite chorégraphie et ils sont toujours dans les temps. Le moment précis où Elz met les pieds dans la classe signifie à peu près 5 minutes de capharnaüm. Sur ses talons, Miozan et Akilah avancent du même mouvement apocalyptique. Elle traverse la classe, repoussant les tables et leurs occupants qui lui barrent le chemin. D'un certain point de vue, on pourrait estimer qu'Elz mesure à peu près quatre mètres de diamètre, puisque c'est le périmètre qu'elle balaie. Évidemment, son plaisir est de passer entre les petits rois. Elle ne se lasse pas. Affalé sur son épaule, la terreur incarnée dans une minuscule chatte nommée Izma, dévisage d'un regard de cuivre tout ce qui bouge dans son champs de vision. Un grondement profond se fait entendre, exprimant son humeur assassin du jour. Elz salut Kaitz d'un geste indéterminé de la main.

Juste derrière Elz, Akilah suit d'un pas léger, non sans adresser aux petits rois un sourire de pure admiration. Enfin, manière de parler. Son admiration va surtout aux grimaces qu'ils expriment à leur passage. Bien étendu sur le dos, le noir Jafar observe, la tête à l'envers, le monde sous un angle différent de son trop grand regard vert. La longueur de ses pattes, bien étendues devant lui sont proportionnelles aux griffes bien acérées dont Akilah prend un soin jaloux.

- B'jour Professeur, roucoule Akilah.

Juste derrière, Miozan retire son éternelle tuque de sa tête, sans même replacer ses mèches blondes en fouillis. Pas la peine de se coiffer, le négligé canaille est à la mode. Enfin, peut-être pas, mais qu'est-ce que ça peut bien lui faire, hein ? À ses pieds, le court, mais massif Scar tellement roux, marche de son pas tranquille digne d'un gigantesque lion.

- B'jour.

Finalement, l'avancée vers le bureau du professeur ne servait qu'à saluer le professeur. Elz rebrousse chemin et repousse encore une fois les bureaux que les petits rois viennent tout juste de replacer. L'éclat de pure méchanceté dans son regard acajou manifeste tout son malsain plaisir. Sitôt les petits rois passé, elle laisse les bureaux tranquilles. Ils choisissent leur places et s'y glissent non sans vacarme. Les Folayann ne sont habituellement pas silencieux. Loin de là.

Jafar se retourne et saute sur une table libre, avant de sauter sur la suivante. Ils contournent précautionneusement la table dAsh. Enfin, précautionneusement, c'est selon. Elz passe entre le Poufsouffle et le Serpentard, pose les ongles et griffe la table, provoquant à plusieurs élèves le même effet que ses ongles sur un tableau noir. Ou peu importe la couleur. Akilah fait presque la même chose, mais passe derrière Ash, glissant délicatement ses doigts dans ses cheveux, tandis que Jafar, l'immense chat noir, saute sur son manuel de métamorphose et se couche carrément dessus. Miozan botte les pattes de la chaise de James, l'air de rien. Akilah se glisse à la place juste à côté d'Ash, tandis qu'Elz s'assoit à côté de James, non sans lui adresse un sourire lui promettant les pires prochaines heures. Mio se contente de s'installer de l'autre côté d'Elz. Les familiers s'installent sur leurs bureaux respectifs. Izma se cale contre Elz, tandis que Scar, le roux aux cicatrices, s'installe sur l'extrême coin du bureau de Mio, observant ce qui pourrait être mangeable. C'est pas un oiseau là ? Jafar, lui, semble avoir élu domicile sur le manuel d'Ash.

Dans un fracas synchronisé, les Folayann extirpent leurs manuels de leurs sac et les jettent sur leur bureau. Akilah sort aussi de son sac son attirail de la parfaite secrétaire. Pas besoin de prendre des notes quand on a un accès illimité à celles d'Akilah. Mio et Elz se contenteront de suivre dans le manuel... ou pas.






Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Luna H. Lawson
POUFSOUFFLE. ► septième année.

► MESSAGES : 17
Jeu 2 Fév - 14:51




    ft. Nuttah Lawson

    La métamorphose. Sujet grand et vaste, mais ... ennuyant. Enfin, d’après Luna. Ce n’était pas la matière où elle excellait, à l’inverse de Nuttah, il semblerait que ce soit la seule matière qui l’éveille un tant soit peu. D’ailleurs, alors que la Jaune et Noir se lève de sa table pour regagner la sortie et se rendre au cours, son frère arrive à ses côtés, aussi frais que s’il venait de passer les deux dernières heures à dormir... En faite, c’est ce qu’il avait fait. Couché sur sa table de cours, à ronfler au fond de la pièce et à baver sur son parchemin. Charmant n’est ce pas ? La Poufsouffle a un léger sourire en coin en regardant le Lawson s’étirer.
    « Où est Téquila ? »
    Luna fronce un peu ses sourcils, perturbé par la non-présence du chaton de Nuttah, mais ce dernier à un petit rire et il ouvre son sac avant de montrer le chaton roulé en boule, confortablement installé, car le jeune homme n’avait prévu qu’un petit coussin, et une écharpe. Pas de cours, pas de plume, rien.
    « Et tu compte reprendre tes cours comment ? »
    « A quoi ça sert de reprendre les cours ? »
    « Nuttah... »
    « Bon, tu me prêtes un parchemin alors ? »
    Un sourire s’étale sur ses lèvres alors qu’ils prennent tout deux la direction de la salle de métamorphose, aussi synchronisé que des jumeaux, et pourtant, tout les différencies. Les cheveux de blés de Luna, les bouclettes brunes de Nuttah, les yeux bleus et verts. Physiquement différent, mais dans le fond, ce sont les mêmes. Il suffit que la blonde montre d’un signe de la tête la cour intérieure, pour que le Gryffondor comprenne et lui emboîte le pas. Arrivée à l’air libre, elle sort de sa poche son joint et commence à l’allumer, pendant que Nuttah l’observe silencieusement. La Poufsouffle a réfléchit ce matin, et elle s’est dit: pourquoi ne pas prévoir le coup ? Elle avait donc roulé son joint et l’avait rangé pour l’inter-classe, et elle avait bien fait car ils leur restait assez de temps pour fumer. Lorsqu’ils ont finit, ils repartent tout les deux avec le même sourire tranquille jusqu’à la salle de métamorphose. Lorsqu’ils entrent, c’est pour capter la fin du carnage des triplés Folayann. Meiko ouvre un oeil paresseux vers les animaux présents, pousse un grognement fatigué et referme ses yeux, perché sur l’épaule de Luna, il ne pense même pas au fait qu’il pourrait tomber. La jolie blonde arrive alors auprès des quatre autres Poufsouffle et leur adresse un sourire, avant de prendre la table se trouvant derrière Ash, l’une des rares à encore être libre près de la fenêtre. Un bain de soleil matinal, quoi de meilleur pour la peau ? Ses cheveux et ses yeux capturent le soleil, ses yeux bleus étincellent et Meiko glisse jusqu’à ses jambes pour s’y rouler en boule. Il y a toujours ce sourire tranquille qu’on retrouve sur les lèvres de Nuttah, ce dernier ne semblant même pas prendre attention aux personnes qui l’entourent, et vient prendre la chaise vide à côté de sa soeur.
    « Tu permets ? »
    « Après toi, mon cher. »
    Un rire un peu niais se fait entendre alors que les deux Lawson semblent complices comme jamais. On ne le répètera jamais assez, mais la drogue c’est mal. Sauf que Luna semble ne pas en prendre conscience, et à la place, elle sort ses affaires, donnant parchemin et plume à son frère, avant de prendre sa propre plume et de se pencher au-dessus de son bureau pour glisser le bout sur le cou d’Ash. Elle lui adresse un petit sourire et penche sa tête sur le côté, pendant que le chaton de Nuttah s’étire paresseusement sur son bureau.
    « Salut toi, bien dormis ? »










Contenu sponsorisé




 

#1 - Métamorphose - Résumé et fin des vacances

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Résumé de l'intrigue
» Règlement du cours de Métamorphose
» Résumé progressif
» RÉSUMÉ DE LA PARTIE 37 !
» Résumé de la situation
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POET&PENDULUM. :: Bienvenue à Poudlard! :: Le Château... :: 6e étage; :: la salle des métamorphoses-