AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 I told you not to. [pv]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
PROFIL & INFORMATIONS






Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Ash Lazzaro
POUFSOUFFLE. ► septième année.

► MESSAGES : 97
Sam 21 Jan - 21:09


    Lorsque Ash ouvrit les yeux ce matin-là, il eut un mauvais pressentiment, ce qui le poussa à mettre de longues minutes de plus pour s'extirper de son lit. Un bref coup d’œil par la fenêtre lui indiqua que le temps était clair bien que pluvieux ; il lui faudrait donc prendre sa cape. Une demi-heure plus tard, douché et habillé, le Poufsouffle traîna les pieds jusqu'à la Grande Salle, son sac en bandoulière sur l'épaule, sa cape noire au liseré jaune sur le bras. Ses iris verts parcoururent du regard les tables encore clairsemées vue l'heure matinale et il avisa presque aussitôt Calixte assis seul à la table des Serpentards. A croire que sa petite bande se montrait moins lève-tôt qu'eux deux réunis. Il eut un soupir avant de se diriger vers lui, avec ce flegme et cette désinvolture qui laissaient croire aux professeurs qu'il était le dernier des cancres, s'asseyant tout aussi mollement en face du jeune homme, le gratifiant d'un mouvement de la main et d'un « 'Lut. » qui ne manqua pas de trahir sa voix encore ensommeillée. D'un mouvement fluide de la main, il attrapa une pomme, l'observa sous toutes les coutures et se décida finalement à mordre dedans, un demi-sourire venant effleurer ses lèvres. Les petits-déjeuners étaient les seuls et uniques repas qu'Ash partageait avec Calixte, pour la bonne et simple raison que la règle des quatre maisons ne s'appliquait pas le matin. Sans doute qu'à force de voir des élèves à moitié endormis se tromper de table, on avait décidé de l'abolir. Comme souvent, si Ash était là, il n'en avait pas moins l'air ailleurs et ses prunelles s'étaient déjà détournées de McSwann depuis longtemps, ce qui lui permit d'aviser l'arrivée de Beth dans son champ de vision. La jeune fille et lui n'étaient pas vraiment amis mais elle était l'une des Poufsouffle avec laquelle il passait le plus clair de son temps, lorsque celui ne le menait pas auprès des Serpentards. Elle lui lança un regard et il la salua d'un mouvement de tête, constatant, intrigué, qu'elle ne répondait nullement à son salut. Pourtant, elle regardait bien dans leur direction, non ? C'est lorsqu'il saisit enfin que les yeux marrons de la jeune fille étaient vrillés sur la nuque de Calixte qu'il comprit ce qui se tramait dans l'esprit de la née-moldue. Le regard de Ash' redescendit brièvement sur le Serpentard qui, occupé à se nourrir, n'avait, en apparence, encore rien remarqué. Au moment précis où Beth franchit la zone de sécurité, celle qui la rapprochait beaucoup trop près du sang-pur, Lazzaro se fendit d'un sourire un peu nerveux et marmonna un « Excuse-moi. » avant de se lever un peu trop brusquement de son banc, passant dans le dos de Calixte et interceptant Beth juste avant qu'elle ne commette l'irréparable.

    Ses doigts s'accrochèrent à son coude tandis qu'il l'attirait un peu plus loin, chuchotant à voix basse : « Non mais t'es complètement folle ou quoi ? » La jeune fille détourna un instant les yeux de sa proie, plantant son regard dans celui de Ash, répliquant, d'un air de reproche. « Quoi ? Il est tout seul, c'est tellement rare ! C'est l'occasion parfaite, Ash. » Le Poufsouffle remua la tête vigoureusement de gauche à droite pour signifier son désaccord. Certes, le béguin improbable de la jeune fille pour Calixte l'avait fait sourire au début, la réputation des McSwann n'était plus à faire et il n'avait jamais imaginé un seul instant qu'elle pensait sérieusement à se déclarer. Si, en effet, Beth était plutôt jolie, ses parents étaient des moldus sans la moindre fortune, vivant de boulots que Calixte n'aurait même pas confié à ses Elfes ; en somme, une fille sans la moindre situation, même chez les Moldus. « Oui, mais ils ne vont pas tarder à arriver ! Crois-moi, Beth, tu n'as vraiment pas envie de faire ça. » « Et pourquoi ? » Ash la prit par les épaules, la secouant doucement, histoire de lui éclaircir les idées. « Il va te mettre en pièces, voilà pourquoi !!! » Elle haussa un sourcil soupçonneux et répliqua. « C'est quoi le problème, tu veux le garder pour toi, c'est ça, mh ? » Le jeune homme serra les poings, agacé par son comportement puéril et par le fait qu'elle s'en prenait à lui quand il ne pensait qu'à lui éviter une humiliation publique. « Tu sais quoi ? Fais comme tu veux ! Mais tu ne diras pas que je ne t'ai pas prévenue ! » Et sans tenter plus avant de la raisonner, il tourna les talons, retournant s'asseoir en face de Calixte, sans plus prêter la moindre attention à Beth. Après tout, il avait fait ce qu'il pouvait, il n'était pas son ange gardien non plus. Elle sembla hésiter de longues secondes avant de finalement se décider et d'avancer d'un pas décidé dans leur direction. « Sois pas trop dur, s'il te plaît. » marmonna le jeune homme en donnant un nouveau coup de dents dans sa pomme. Mais déjà Beth contournait la table pour s'asseoir aux côtés de Ash, les yeux brillants de l'espoir des innocents. « Dis... Cal' ? » Lazzaro se couvrit brièvement les yeux d'une main dépitée : c'était foutu. Jamais il n'avait entendu personne l'appeler Cal', hormis ses amis les plus proches. « Ash m'a dit que tu n'avais pas de cavalière pour le bal d'Halloween, alors je me demandais si... » Le Poufsouffle, la fusilla du regard, visiblement révolté qu'elle ose ainsi mentir sur son compte. « J'ai jamais dit ça. » prit-il la peine de préciser, l'interrompant dans sa diatribe. Elle ne releva pas et poursuivit. « ...je me disais qu'on aurait pu y aller tous les deux... comme... comme un couple, tu vois ? » Lazzaro faillit en recracher son jus d'orange, détournant le regard ; il n'avait pas vraiment envie d'être le témoin direct du massacre...






Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Calixte McSwann
SERPENTARD. ► septième année.

► MESSAGES : 24
Dim 22 Jan - 9:32


Calixte McSwann était un garçon matinal. Depuis l'enfance, il s'était toujours levé avant les autres. Il appréciait toujours un moment de solitude avant que tout le monde ne débarque et qu'il ne redevienne le très apprécié et sociable Cal' McSwann. Peut-être qu'avoir une petite soeur comme Maleficent n'était pas non plus...

Le petit déjeuner était un moment que Calixte n'aimait partager avec personne. Bien sûr on ne comptait pas Orphée comme une personne mais sa présence était forcément requise. Si le jeune homme avait eu le culot d'aller s'assoir à une autre table Calixte le lui aurait fait payé au centuple. Non pas qu'il ne pouvait pas se passer de la présence de son larbin, d'autant qu'au petit déjeuner, puisque les elfe s'occupaient de tout, Orphée ne lui était d'aucune utilité particulière. Mais il s'était, disons, habitué à sa présence.

Si Calixte n'avait pas été tant absorbé par son café, il aurait remarqué un peu plus tôt que finalement Orphée n'était pas si inutile. A peine avait-il remarqué le va-et-viens d'Orphée jusqu'à ce qu'il ne marmonne...

« Sois pas trop dur, s'il te plaît. »

Calixte releva un sourcil prêt à demander en quel honneur Orphée lui adressait la parole alors que lui, Calixte, n'avait manifesté aucun désir de faire la conversation. Mais son commentaire désagréable mourut sur ses lèvres à la seconde où quelqu'un vint s'asseoir à côté de lui. Si ça avait le parfum d'une fille ça n'avait ni l'élégance d'une Lady Symphony, ni la délicatesse d'une Loveleene Blake et encore moins l'arrogance de Maleficent.

Les yeux du serpentard se réduisirent à une fente qui jetait déjà des malédictions à tout va...

« Dis... Cal' ? »
« ... Cal' ? », articula lentement le serpentard.

Il retourna un regard interrogateur vers Orphée comme pour voir si c'était une blague que lui faisait ses amis mais après coup assoir cette moins que rien à côté de lui ça n'était pas une blague c'était une insulte qu'aucun ne se serait permis.

« Ash m'a dit que tu n'avais pas de cavalière pour le bal d'Halloween, alors je me demandais si... »
« J'ai jamais dit ça. »
« Difficile à croire en effet quand on sait à quel point tu tiens à la vie... », se moqua Calixte à mi-voix.

Le visage du beau serpentard se fendit d'un sourire exquis et il laissa l'épouvantable Beth continuer de se bercer d'illusions...

« ...je me disais qu'on aurait pu y aller tous les deux... comme... comme un couple, tu vois ? »
« ...en couple? , répéta le garçon, signe que sa réponse allait être percutante. Il eut un ultime sourire...« ...pourquoi pas! Je cherche un truc qui fasse vraiment peur pour Halloween, avec toi à mon bras se sera parfait. On invitera tes parents et les miens pour voir qui se fait la plus grosse frayeur.

Et Cal' McSwann d'étirer un long sourire uniquement destiné à Beth.

« Dégage de ma table sale sang de bourbe. , gronda-t-il visiblement très contrarié.






Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Ash Lazzaro
POUFSOUFFLE. ► septième année.

► MESSAGES : 97
Dim 22 Jan - 17:06


    « J'ai jamais dit ça. » « Difficile à croire en effet quand on sait à quel point tu tiens à la vie... » Ash se contente d'une moue boudeuse qu'il noie presque aussitôt dans son verre de jus d'orange. Après tout, tout cela ne le regarde pas et il se contrefiche pas mal des éventuelles cavalières de Calixte. Comme si cela avait une quelconque importance à ses yeux ; des préoccupations mondaines de sang-pur. Lui, il était à des lieues de là. Beth aurait pu réagir aux propos du Serpentard, s'apercevoir de la menace implicite à l'encontre du Poufsouffle et faire marche arrière mais, aveuglée par l'idée romanesque qu'elle s'était faite de lui, elle n'y prêta pas garde. « ...je me disais qu'on aurait pu y aller tous les deux... comme... comme un couple, tu vois ? » « ...en couple ? ...pourquoi pas ! Je cherche un truc qui fasse vraiment peur pour Halloween, avec toi à mon bras se sera parfait. On invitera tes parents et les miens pour voir qui se fait la plus grosse frayeur. » Le visage de la jeune fille se décomposa au fur et à mesure qu'il parlait et si Ash restait silencieux, désormais concentré sur son bol de céréales, c'était pour ne pas en rajouter une couche en répétant qu'il le lui avait bien dit. « Mais... mais... » « Dégage de ma table sale sang de bourbe. » Ca, au moins, c'était dit et la jeune Poufsouffle serra les poings sous l'insulte. Son expression se fit plus dure comme il semblait, qu'enfin, elle comprenait à quel genre de personne elle s'était frottée. « Bien. » Elle se relève lentement, avec toute la dignité dont elle peut encore faire preuve maintenant qu'elle a été répudiée de cette façon. Malgré tout, elle ne compte pas vraiment en rester là et elle imagine un moyen infime de lui faire payer son affront. C'est ainsi que ses doigts s'accrochent fermement au coude de Ash, tirant brusquement sur sa manche, le forçant à quitter son banc pour ne pas tomber. Le Poufsouffle se lève malgré lui, hausse un sourcil interrogateur et questionne : « Beth... qu'est-ce que tu fais ? » Elle penche la tête, désignant du menton Calixte. « Il ne veut pas de sang-impur à sa table, j'imagine que ça vaut aussi pour toi, non ? Viens, on y va ! » Ash se dégage lentement, remuant légèrement la tête. « Beth, je... » Elle le fusille du regard avant de réserver le même coup d’œil assassin à Calixte. « On y va, j'ai dit... » « Je ne peux pas ! » réplique-t-il presque aussitôt d'un air bougon avant de se rasseoir, replongeant son nez dans son bol. « Ash ! » Elle insiste. Il s'agace. « Je ne reçois pas d'ordres de toi, Beth. » Furibonde, elle se retient de le gifler ; comment peut-il préférer Calixte à elle ? Avec tout ça, elle en a oublié de partir.






Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Calixte McSwann
SERPENTARD. ► septième année.

► MESSAGES : 24
Dim 22 Jan - 18:13


La réaction de sa pauvre nécessiteuse de soupirante lui est bien égale après cela. Tout au mieux aura-t-elle égayé son déjeuner avec ses singeries primitives. C'est bien le bas peuple ça de croire que l'on peut venir minauder devant son prince et s'imaginer qu'il se trouvera quelque penchant pour votre face toute crottée. Cal' hausse les épaules, considérant à peine le caquètement offusqué qui sort de la bouche de il-na-jamais-su-son-nom-et-il-ne-veut-même-pas-le-savoir. Ca lui fera quelque chose d'amusant à raconter aux autres quand ils débarqueront.

En fait tout aurait très bien pu se finir comme cela si Beth s'était contentée de se laisser humilier une fois et était partie sans demander son reste. Mais là, elle s'imaginait pouvoir lui ôter la compagnie d'Orphée. Cal' eut un petit rire qui n'annonçait rien de bon:

- Tu es donc si désespérée la sang de bourbe que tu doives tirer sur le bras d'un garçon pour l'obliger à te suivre? C'est pathétique... laisse, il n'est pas de ton rang. Vois, toi tu es la lie qui obstrue les chiottes du cinquième alors que lui il est né de la crasse qui mousse au dessus de l'eau. Il surnage. Heureusement pour lui, et contrairement à toi, il a d'autres qualités. Ce qui lui éviter d'avoir à supplier comme un chien lorsqu'il veut quelque chose...

Un sourire cordial là dessus. Que dire de plus? Entendre Ash dire qu'il ne recevait pas d'ordre de quelqu'un, ce qui sous entendant qu'il n'acceptait que les siens, c'était toujours une petite gloire qui lui embellissait la journée. Qui a dit que Cal' McSwann était difficile à combler? Voyez vous même. Il lui en faut peu.






Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Ash Lazzaro
POUFSOUFFLE. ► septième année.

► MESSAGES : 97
Lun 23 Jan - 19:20


    « Tu es donc si désespérée la sang de bourbe que tu doives tirer sur le bras d'un garçon pour l'obliger à te suivre ? C'est pathétique... laisse, il n'est pas de ton rang. Vois, toi tu es la lie qui obstrue les chiottes du cinquième alors que lui il est né de la crasse qui mousse au dessus de l'eau. Il surnage. Heureusement pour lui, et contrairement à toi, il a d'autres qualités. Ce qui lui éviter d'avoir à supplier comme un chien lorsqu'il veut quelque chose... » Imperturbable, Ash gardait les yeux fixés sur ses céréales, sa cuillère baladant les cornflakes d'un bout à l'autre du bol, sans qu'il se décidât à en manger un ; au moins avait-il l'air occupé, ce qui lui fournissait une bonne excuse pour rester en dehors de leur conversation. Les paroles dédaigneuses de Calixte lui passèrent d'ailleurs au-dessus de la tête ; il avait déjà entendu pire. Au contraire, dans sa bouche, cela sonnait presque comme un compliment. Chose que Beth ne saisissait visiblement pas, comme elle regardait Ash avec indignation, l'air de dire il te traite comme ça et tu ne dis rien ? Quand bien même le Poufsouffle sentait bien ses deux prunelles ocres vrillées sur sa nuque, il fit mine de pas s'en apercevoir, relevant brièvement le regard sur Calixte avant de soupirer lourdement, tournant le visage vers la jeune fille. « Beth, tu devrais y aller. » Ses iris verts se plantèrent dans ceux de la Poufsouffle, tentant de lui faire comprendre silencieusement, qu'il était dans son intérêt de partir, maintenant, tant que la situation amusait encore Calixte ; parce qu'il savait bien, lui, que dès le moment où cela commencerait à l'agacer, il ne se montrerait plus aussi sympathique. Si, auparavant, la cible principale de sa colère était le Serpentard, désormais, l'ire de Beth s'était déportée sur Ash, supposé être son ami, et qui la trahissait ainsi sous le regard d'une bonne partie de la grande salle. « Tu laisses tomber tes amis ? Tout ça pour quelques barreaux de plus sur l'échelle sociale ? » « Ça n'a rien à... » tenta-t-il de répliquer mais une gifle monumentale le coupa dans son élan, renvoyant son visage du côté opposé et laissant une belle marque rouge sur sa joue. Le Poufsouffle accusa le coup, surpris, et porta ses doigts à la brûlure cuisante qui lacérait son épiderme, son autre main se serrant de façon imperceptible le bois de la table, ses phalanges blanchissant sous l'effet de la colère. « Va-t-en. » Elle dut lire une menace sous-jacente dans ses mots ou dans ses yeux car elle tourna les talons presque aussitôt, digne comme une reine, laissant le Poufsouffle aux soins de celui qu'il lui avait préféré. Lentement, Ash se calma, laissant la tension et sa colère retomber, ses iris brillants cependant toujours de cette flamme froide et dure. Un bref regard alentour lui indiqua qu'ils étaient encore nombreux à observer les deux adolescents, comme s'ils attendaient une suite quelconque au show qu'on venait de leur offrir. « Quelle idiote ! J'lui avais pourtant dit que t'allais la mettre en pièces. » Un silence. « J't'ai embarrassé, navré. » Question d'habitude, il était toujours le gars qui s'excusait pour tout, même ce qui n'était pas de sa faute.






Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Calixte McSwann
SERPENTARD. ► septième année.

► MESSAGES : 24
Ven 27 Jan - 11:43


Le divertissement du matin ne poussa tout de même pas jusqu'à lui répondre. Il aurait fallu être complètement folle, quoique pour l'aborder de cette manière, il fallait déjà que la Poufsouffle soit sacrément atteinte. Heureusement pour elle Calixte ne semblait pas parti pour lui accorder plus d'attention que cela, pour preuve il continuait à mordre dans son croissant et à siroter son café tranquillement comme si le monde pouvait s'écrouler autour de lui sans que ça ne le touche. Peu lui importait ce que son serviteur pouvait bien avoir à dire à cette fille du moment que...

Calixte referma la bouche lentement. Une expression de contrariété venait de s'inviter sur son visage tranquille. Il leva un sourcil, suivant du regard cette chose qu'Orphée appelait Beth.

Toujours avec cette même lenteur calculée, il posa son croissant. Puis son café. Puis sa serviette. Il se leva doucement.

« J't'ai embarrassé, navré. »
« Ce qui m'embarrasse ce ne sont pas les simagrées de cette petite dinde mais que la personne qui, j'ai bien le regret de le dire, m'est le plus proche, puisse tolérer qu'une sale sang de bourbe ne lève la main sur lui. Tu vas aller la lui rendre cette gifle avant que l'idée ne me prenne d'aller m'en charger moi même. »

Il valait même sans doute mieux qu'il ne s'en charge pas lui même, écœuré qu'il était à l'idée d'avoir à toucher cette pauvre limace qui s'était, pour on ne sait quel diable de raison, entichée de lui. Un regard entendu à Orphée...

« Alors? »






Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Ash Lazzaro
POUFSOUFFLE. ► septième année.

► MESSAGES : 97
Ven 27 Jan - 23:59


    « J't'ai embarrassé, navré. » Il lève les yeux vers lui, plutôt inquiet de le voir debout alors qu'il n'a pas fini son petit-déjeuner. D'ailleurs, que font les autres ? Leur présence serait la bienvenue, là maintenant, pour détourner l'attention de Calixte sur autre chose. Il ne veut pas être la cause d'un esclandre ici, ça ne ferait qu'empirer les choses et il n'a pas vraiment besoin de ça. « Ce qui m'embarrasse ce ne sont pas les simagrées de cette petite dinde mais que la personne qui, j'ai bien le regret de le dire, m'est le plus proche, puisse tolérer qu'une sale sang de bourbe ne lève la main sur lui. Tu vas aller la lui rendre cette gifle avant que l'idée ne me prenne d'aller m'en charger moi même. » La cuillère du jeune homme se fige dans son bol et il entrouvre les lèvres pour répliquer quelque chose, ses prunelles vertes papillonnant jusqu'à Beth, qui s'est assise plus loin, regagnant la table des Poufsouffle. S'il se lève pour aller lui rendre sa gifle, comme vient de le lui demander le Serpentard, il ne va faire qu'attirer l'attention sur lui et en plus de cela, la jeune fille va le détester, sans compter le reste des élèves. D'un autre côté, s'il n'y va pas et que c'est réellement Calixte qui s'en charge... elle risque de souffrir davantage. Au moins, Orphée y serait allée de main morte ce qui ne serait sans doute pas le cas de McSwann. Ses iris reviennent sur le Serpentard, hésitants, cherchant mentalement une porte de sortie, quelque chose qui les satisferait tous deux, même s'il sait bien que cette solution rêvée est purement utopique. « Calixte... s'il te plaît... » Il laisse retomber sa cuillère dans son bol, passant une main nerveuse dans ses cheveux, chuchotant à mi-voix. « Je n'peux pas faire ça ! On est pas au manoir de tes parents, là ! Rocstone vient d'arriver, s'il me voit la frapper, j'vais être collé tous les soirs de la semaine pendant au moins un mois ! » Un silence. Si Ash était effectivement mis en retenue, il n'en serait que moins disponible pour McSwann, ce qui déplairait sans aucun doute au Serpentard. « J'la lui rendrais... Plus tard, d'accord ? » Il remue à nouveau sa cuillère dans son bol de lait, mollement, juste pour avoir l'air occupé et détaché. Il ne le contredit que rarement mais il ne peut toutefois que s'y opposer lorsqu'il estime que Calixte se montre injuste. Relents de conscience latents. « Inutile d'attirer l'attention sur nous, non ? » Il se dit que cela suffira peut-être à le dissuader de l'y envoyer ; non pas qu'il aime lui désobéir ou lui tenir tête mais il a toujours eu du mal à exécuter des ordres qui impliquaient d'autres personnes. Si Calixte lui avait demandé de se taper la tête contre la table, il l'aurait fait avec moins de réticences ; au moins n'aurait-il pas été étouffé par sa conscience, dilemme permanent que lui faisait vivre le sang-pur. « S'il te plaît. »

    PS : j'ai édité qqes trucs, j'étais pas contente de ma réponse ! :3






Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Calixte McSwann
SERPENTARD. ► septième année.

► MESSAGES : 24
Ven 10 Fév - 20:22


« Calixte... s'il te plaît... »

Bien sûr qu'il ne lui plaisait pas. Orphée l'aurait imploré à genoux que peut-être, sous l'effet d'un plaisir malsain, Calixte aurait accepté. Mais mauvais prince qu'il était...
Il haussa ostensiblement un sourcil comme pour signifier que rien ne servait d'insister sinon pour le divertir bien entendu.

« Je n'peux pas faire ça ! On est pas au manoir de tes parents, là ! Rocstone vient d'arriver, s'il me voit la frapper, j'vais être collé tous les soirs de la semaine pendant au moins un mois ! »
« C'est juste. »

Tout comme Orphée s'évertuait à obtenir les grâces de son maître, Calixte, lui, complotait le meilleur moyen d'arriver à ses fins. Ca n'était même pas réellement par pur sadisme mais son éducation quasi moyennageuse quoique de la plus haute aristocratie ne lui permettait pas de laisser ne serait-ce qu'égratigner son honneur, fut-ce en laissant l'injure sur son nom (qui aurait osé?) ou en laissant spoiler ses gens de maison. En l’occurrence son domestique depuis toujours.

Toutefois, l'idée d'être justement privé de son homme à tout faire déplaisait fortement à Calixte. Il lui fallait trouver une combine.

« J'la lui rendrais... Plus tard, d'accord ? »
« Ta couardise te perdra... à moins que tu ne t'étouffes avec un de tes mensonges. Aurais-je eu tord de croire qu'à force de me fréquenter tu aurais pu tirer quelques bons enseignements... Ne mens pas si tu ne crois pas toi-même à ce que tu dis... »

Pour une de ces rares fois c'était un vrai conseil qui sortait de la bouche de Calixte. On aurait pu prendre ça pour de la bienveillance. De la gentillesse. De l'amitié. Mais non. Ca n'était rien de plus que la répugnance de Calixte McSwann pour les imbéciles, les maladroits, les mal-élevés, les mal nés... impossible pour lui de ne pas chercher à élever Orphée à le rendre supportable. Depuis l'enfance, il n'avait jamais pu supporter la moindre faille chez Orphée. Quelque part cela restait une forme d'intérêt pour lui.

« S'il te plaît. »
« Il ne me plait en rien. »

Calixte de lui retourner un regard noir avant de se lever, un calme affiché tout olympien avant d'aller souffler quelque chose à l'oreille d'un serpentard en bout de table. Une table lourde sur l'épaule et Calixte revient lentement se poser à sa place.

« Qu'importe... », dans leur dos le son retentissant d'une gifle et la voix de Rocstone qui intervient. Calixte sourit.
« Devoir te trouver un chevalier servant comme à une donzelle... bref. Ca n'est pas si grave. »

La couardise n'avait jamais vraiment été un défaut du point de vue de Calixte si cela pouvait vous sauver la vie, mais dans ce genre de situation cela passait surtout pour un manque d'estime de soi cruel. On ne pouvait pas tant en demander même à son chien savant après tout.

« Je vais épouser Lady Symphony Grey. », lâche-t-il de but en blanc sans plus se préoccuper de la poufsouffle...

Voilà plus d'une semaine qu'il l'a appris à un dîner mondain et que le pauvre Orphée doit subir ses humeurs sans savoir que lui vaut le déplaisir. Le lien sera sans doute évident. Pourtant quand on y pense, ce n'est pas qu'une simple histoire de caprices ou de fierté froissée. C'est une confession qu'il fait là. Calixte ne se dévoile jamais qu'à Orphée ou à James si la comparaison ne vous choque pas de trop.






Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Ash Lazzaro
POUFSOUFFLE. ► septième année.

► MESSAGES : 97
Dim 12 Fév - 14:22


    « J'la lui rendrais... Plus tard, d'accord ? » Bien entendu, Ash n'avait pas réellement l'intention de la lui donner plus tard, comptant sans aucun doute sur un oubli de Calixte ou sur le fait que son esprit soit bientôt accaparé par quelque chose de plus important à ses yeux qu'une Poufsouffle mal née et impudente. « Ta couardise te perdra... à moins que tu ne t'étouffes avec un de tes mensonges. Aurais-je eu tort de croire qu'à force de me fréquenter tu aurais pu tirer quelques bons enseignements... Ne mens pas si tu ne crois pas toi-même à ce que tu dis... » Il réagit à peine, tout au plus une petite moue contrariée qui prouve que la remontrance lui déplait ; peu importe qu'il le sermonne tant qu'il peut éviter de faire ce qu'il lui a demandé. « S'il te plaît. » « Il ne me plait en rien. » Prévisible, même si la suite l'est moins ; il soutient son regard assassin plus par habitude que par réelle volonté de le défier de quelques façons que ce soit. Il observe son manège, sans vraiment comprendre ce qu'il fait, sans doute un peu trop naïf pour l'esprit fourbe d'un Serpentard pur et dur comme l'était le jeune McSwann. « Qu'importe... » Orphée penche la tête sur le côté, interrogateur, se demandant où il veut en venir, quand le bruit d'une gifle et le son de la voix du directeur de Poufsouffle parvient jusqu'à ses oreilles. Il ne peut dissimuler un léger sursaut tandis que ses prunelles vertes effleurent du regard la scène un peu plus loin. « Devoir te trouver un chevalier servant comme à une donzelle... bref. Ça n'est pas si grave. » L'attention du jeune homme se reporte brusquement sur son compagnon de table, les poings serrés et une expression dure sur le visage, comme la remarque insultante et son sourire agaçant l'énervent au plus haut point. Il entrouvre les lèvres pour répliquer quelque chose d'aussi blessant, après tout, il n'a jamais été dit qu'il devait se laisser marcher dessus comme la dernière des carpettes, mais Calixte a déjà repris la parole. « Je vais épouser Lady Symphony Grey. »

    Presque aussitôt, le visage d'Orphée reprend une expression neutre, presque désolé pour lui. « Owh... » Cela explique soudainement l'humeur maussade de Calixte ces derniers jours ; la nouvelle doit être toute récente et visiblement, elle n'est pas à son goût. L'un des quelques désavantages à être né de sang-pur, le mariage arrangé. Ce n'était pas à lui que ce genre de désagréments risquait d'arriver, comme quoi, il n'était pas si mauvais de n'être qu'un domestique, parfois. « Félicitations... Enfin... j'imagine ? » Nul besoin d'être devin pour voir que la nouvelle ennuyait profondément le Serpentard et qu'il était loin d'être ravi de cette union prévue sans son consentement. « C'est prévu pour quand ? » Étrangement, il y a presque une lueur inquiète dans son regard, quand bien même ce n'est pas lui qu'on a l'intention de marier de force. Tout ce qu'il se demande en secret c'est ce qu'il va bien pouvoir devenir lui, si Calixte se marie et qu'il n'a plus besoin de lui. La réalité de sa condition lui revient tout à coup en pleine face ; lui qui s'est toujours plaint en silence de n'être que son larbin se retrouve soudainement à craindre que cela ne change. Une anxiété à peine visible déforme ses traits comme il se remet à jouer nerveusement avec sa cuillère ; de loin, on pourrait penser qu'il ne fait que compatir à la contrariété d'un ami. Il aimerait lui demander ce qu'il adviendra de lui lorsque Calixte sera chef de sa propre famille et qu'il aura toute une tripotée de domestiques à son service, mais la question lui semble tellement idiote qu'il la retient et qu'il esquisse un fin sourire, qu'il veut rassurant. « Tu aurais pu tomber plus mal. C'est une grande famille et après tout... Symphony est ton amie. » Il se doute bien que cela ne changera pas grand chose à l'opinion du Serpentard sur cette union mais après tout, il sait bien qu'il n'a pas d'autres choix que de l'accepter.










Contenu sponsorisé




 

I told you not to. [pv]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» The Killers
» 07. I told you so
» I'm grieving for your tears • Ft Alice O'Connel
» Jain | One day baby we'll be old and think about all the stories we could have told
» Haily Hannah Halloway || So no one told you life was gonna be this way ?
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POET&PENDULUM. :: Bienvenue à Poudlard! :: Le Château... :: rez-de-chaussée; :: la grande salle-