AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 It Will Rain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
PROFIL & INFORMATIONS






Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Alec Giuseppe Dangelo
ETUDIANT. ► 4e année de DCFM.

► MESSAGES : 13
Mer 18 Jan - 23:24


    Le rêve d’un homme de pouvoir était de posséder, mais aussi de contrôler. Alec comprenait ce que sa vieille bique de grand-mère avait voulu lui enseigner. Il devait être celui qui règne sur un large public ou une contée comme autrefois les membres de sa famille régnaient sur une partie de l’Italie. Ce n’était pas des faibles comme son père qui allait dominer le monde. Ce n’était pas des Andrew Dangelo qui sauraient faire changer la face du monde comme lui le conçoit. Son père était si faible. C’était épuisant de le regarder agir. Pitoyable ! Comment avait-il pu le concevoir ? Sa mère, sa parfaite mère, était plus masculine que lui pouvait l’être. Il ne fallait pas oublier que sa mère était belle. Très belle, loin d’être un homme, mais elle tenait son point de vu. Elle était le modèle de bienveillance d’Alec. Son père, il le battrait à force de l’entendre geindre de la triste mort de sa mère après des années. C’était de sa faute. Alec ne pouvait pardonner une aussi grande faiblesse à un homme qui ne fait rien pour racheter son salut. Qu’il crève en enfer, pensait régulièrement Alec. Il n’aimait pas son père. Alec avait toujours eu une mauvaise impression de son père. Il était incapable de faire quoique ce soit. Il était vraiment étonnant qu’il soit là. Son père était si pur… c’était un rôle de femme la pureté. Bref, Alec avait un point de vue sur son père. Il n’était pas le seul, mais cela était une autre partie de manche. Alec avait un dessein pour son époque. Un dessein de domination de la religion à nouveau. Cette domination saine a toujours existé, mais elle manquait d’ardeur. La religion devait revenir aussi puissante qu’autrefois. Il devait passer le message à travers ses paroles qui semblaient être entendus de tous. Alec savait bien qu’il était écouté par certains. Ce sont ceux qui le suivront dans ses démarches. Il en était certain.

    Alec avait sorti des murs d’Ealdwic. Il avait besoin de voir ce qui en était de la population sorcière en dehors d’Ealdwic. Si le péché régnait aussi fortement entre les murs qu’à l’extérieur. Il y avait aussi une autre raison plus honteuse pour le jeune homme : il avait vu Sunny sortir. Où allait-elle celle là ? Cette femme qui le rendait fou qu’avec son regard. Cette femme qui le cherchait qu’avec un simple regard. Il la désirait. Elle sera sienne. Croyez-moi, il ne laissera jamais tomber l’affaire. Ce n’était pas pour rien qu’il avait décidé de la suivre sans se poser de questions. Il la suivait en silence sans se faire remarquer. Un prédateur qui suit sa proie. Proie qui lui appartiendra sous peu. Cette dernière entra dans un bar londonien sur le chemin de traverse. Le jeune homme y entra en y faisant un signe de croix pour bénir ce bar à sa façon. La jeune femme ne s’attendait certainement pas à son entrée : il la prit dans ses bras mettant son nez dans ses cheveux avant de prendre une énorme bouffée pour s’imprégner de l’odeur de ses cheveux dans son esprit. « Bonjour belle Sunny ! Que fais-tu aussi tard un soir dans un bar du chemin de traverse ? » un sourire qui avait des allures séduisants. « ne devrais-tu pas être dans ton lit à cette heure ? Les jolies demoiselles ne devraient pas traîner dans ce genre d’endroit… on sait jamais sur qui tu pourrais tomber. » Il était effrayant, mais il se trouvait totalement normal après tout.







Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Sunny Scylence
ETUDIANTE. ► 3e année de SOCIOLOGIE.

► MESSAGES : 2
Sam 21 Jan - 23:15


Les derniers jours avaient été étranges pour Sunny. L'image de Warren la hantait mais elle était ferme, plus question de Warren Hatcher dans sa vie. C'était sans doute mieux ainsi. Elle n'avait rien dit, mais en refermant la porte de son bureau ce vendredi soir là, elle l'avait refermée pour toujours. Du moins c'était ainsi qu'elle comptait opérer. Elle ne dirait pas à Warren que c'était fini. A ses yeux ce qu'il avait fait suffisait amplement à la dispenser de ce genre de devoir.

La jeune femme dans le miroir la regardait avec d'immenses yeux-gouffres bleus délavés par les larmes. La crise de nerfs était passée. La crise de dégoût commençait aussi à céder la place à une attitude plus normale quoiqu'elle laissait la peau blanche de Sunshine Scylence légèrement rougie, desséchée, une odeur d'eau de javel prononcée. Sans doute était-ce ça qui lui rougissait les yeux. Elle glissa la main dans ses longs cheveux noirs, décidant qu'elle ne pouvait pas passer un quatrième jour dans la salle de bain. D'une parce que c'était malsain. De deux parce que l'odeur de la javel était suffocante. De trois, parce qu'il fallait qu'elle voit autre chose que le labyrinthe infernal des carreaux noirs mates.

En ouvrant la porte, elle prit une longue inspiration. Une bouffée d'air pur qui revivifia les poumons. La lumière qui filtrait à travers la baie lui fit plisser les yeux. Ce soir elle sortirait. En attendant, un tour de baguette et l'étrange jeune fille se laissa tomber dans l'immense coussin moelleux qu'elle venait de faire apparaître.

Elle avait reçu Warren quelque fois, lui réservant ce même sortilège en guise de lit mais il n'y avait pas plus divin au monde pour s'étendre autant que pour s'ébattre. Elle rouvrit grand les yeux à cette pensée, fixant le plafond. Y avait-il seulement un vrai moyen de se désinfecter de lui? Mieux valait ne pas poser la question. Ce soir, elle sortirait...

***

- Une amaranthe diabolique...

La voix de la gamine qui venait de se mettre au bar souleva une vague de surprise mis désapprobatrice mi goguenarde parmi les hommes qui étaient à la banque. Le serveur sembla hésiter une seconde.

- Une... t'es sûre...
- Si j'avais voulu un lait fraise je l'aurais dit je crois....
- Ok. J'assure pas les pots cassés...

Elle ne prenait pas d'alcool d'ordinaire. Chaque fois qu'elle était sortie avec Warren, n'étant elle même pas friande de ce genre d'endroit, elle avait pris un lait-amande... En fait elle n'avait même pas l'intention de boire là. Simplement, elle ne connaissait pas ce bar, elle n'avait aucune envie de discuter avec qui que ce soit, et moins encore si c'était pour écouter les moqueries enjôleuses d'un type qui éclusait là depuis elle ne savait combien de temps.

Tout d'un coup, des bras glissèrent autour d'elle pour l'enserrer, plutôt tendrement il faut le dire. Un visage se glissa vers sa nuque. Sunny se figea. Non pas qu'elle ait pu croire que c'était les bras de Warren. Elle connaissait trop bien ses caresses et ses manières pour s'y tromper. La simple idée de ne pas savoir qui pouvait bien se permettre de la serrer comme ça la glaça un instant. Ses frères, ses oncles, elle les aurait reconnus rien qu'au bruit de leurs pas, même Brivael qui arrivait toujours en catimini comme le serpent qu'il était...

« Bonjour belle Sunny ! Que fais-tu aussi tard un soir dans un bar du chemin de traverse ? Ne devrais-tu pas être dans ton lit à cette heure ? Les jolies demoiselles ne devraient pas traîner dans ce genre d’endroit… on sait jamais sur qui tu pourrais tomber. »

Elle eut un sursaut, se dégagea et la gifle vola immédiatement, vive et bien sentie. Le regard furibond de la demoiselle, qui n'était pas dans un moment où elle avait envie de ce genre de chose, fustigeait un garçon qu'elle ne remettait même pas. Sévère. Elle attendait une explication, bien loin de se confondre en excuse comme on aurait pu le faire.






Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Alec Giuseppe Dangelo
ETUDIANT. ► 4e année de DCFM.

► MESSAGES : 13
Sam 11 Fév - 3:29


    La femme était le péché envoutant et mortel. C’était aussi le grand péché d’Alec qui brûlait pour une femme qui ne semblait même pas le voir. Il était du néant. Un éternel invisible à ses yeux. Il le voyait bien. Il n’était pas si con ce Dangelo ! Il n’était pas comme son père pour ceux qui l’avaient connu autrefois. Cet homme n’était que l’ombre d’une caricature d’un petit prince italien d’une famille plus que noble et sainte qui ne savait point comment était fait son corps. Honte à l’homme qui était le créateur mortel du beau et jeune Dangelo. Alec était loin d’être ce qu’était son père. Il savait très bien de quoi était composé le corps d’un homme et même celui d’une femme. Il était au fait du sujet qui avait été si longtemps interdit chez son père. Alec était loin d’être le reflet de son père si faible. Pourtant qu’il ne le veuille ou non, Alec ressemblait à son père pour l’invisibilité aux yeux de certaines femmes au fort caractère. Il ne fallait jamais se rappeler de la vie amoureuse d’Andrew qui était inexistante face à Talia. Alec suivait la belle sans dire un mot évitant qu’elle ne le voit quand elle se retournait. Il ne voulait pas être vu maintenant. Une sombre ruelle pouvait éloigner une dame à des centaines d’années de lui. Il guettait ses moindres gestes. Il s’imprégnait de chaque caractère physiologique. Il voulait avoir les détails de Sunny en fermant les yeux. Le péché était mortel dans le cas d’Alec qui ne pouvait se défaire de l’idée de la posséder, même s’il semblait totalement invisible à ses yeux. Il l’avait suivi jusqu’à ce bar où il avait approché cette belle de façon inappropriée en le prenant dans ses bras pour respirer l’odeur de ses cheveux. Comme toute femme de caractère, la claque vint si vite qu’il ne pu l’éviter. Il la reçu fortement sur la joue qui rougit instantanément. Elle lui fit le regard si sévère comme celui de sa vieille bique de grand-mère, mais il ne broncha pas. Il ne montra aucun signe de faiblesse, même si sincèrement il aurait frotté sa joue pour atténuer le picotement qui se faisait sentir sur cette dernière. Aucun signe de faiblesse devant une femme. Aucun. « Eh bien quoi ? Tu attends peut-être que je te donne une explication ? Tu crois que je suis soul ? » il eut un sourire en coin un peu provocateur et fou à la fois. « Je vais te décevoir belle Sunny, je ne suis pas ivre… humm. » Il la regardait la détaillant. Il s’imprégnait encore une fois des traits de son visage. « Ivre de toi, peut-être. N’as-tu jamais vu mon regard te détailler de fond en comble essayant de dépasser les limites de la pudeur... ? De te percer à jour. Soit à moi, Belle Sunny et je te donnerai le monde ! »










Contenu sponsorisé




 

It Will Rain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Fiche de Rain Maniko
» MILLA ♣ set fire to the rain
» Présentation de Blue Rain
» Jonhatan Cullen, cavalier de Sunny Rain
» [Console] Rain 4 Life - Intermédiaire
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POET&PENDULUM. :: Bienvenue à Londres! :: De l'autre côté du mur de Charing Cross... :: le chemin de traverse et l'allée des embrumes; :: ...plus?-