AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 All The Right Moves. [Sky]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
PROFIL & INFORMATIONS






Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Nuttah R. Lawson
GRYFFONDOR. ► septième année.

► MESSAGES : 56
Ven 23 Sep - 8:43


&&&&

    C'est un milieu de soirée, on ne sait pas si c'est encore aujourd'hui ou si on est déjà demain, et le bruit dans le bar est assourdissant. Sidney ne sait même pas ce qu'il fait là, Alejandra l'a accompagné pour lui présenter Llyod, mais finalement elle semble avoir disparue dans la nature avec lui. Certainement que l'ancien Serdaigle se serait inquiété, si sa meilleure amie ne lui avait pas dit que tout ira bien et que lui, naïf à souhait, n'avait pas acquise. Assis donc à sa table, à moitié affalé plutôt, il regarde d'un air vide le mur face à lui. En réalité, il vient à peine de sortir des toilettes où l'y attendait un moment seul à seul avec l'éther, le faisant planer à des années lumières d'ici, le tout mélangé à une très forte dose d'alcool consommé tout au long de la soirée. On peut dire, donc, que Sidney Lawson, dit Nobody, n'est pas vraiment dans son état normal... On va même dire qu'il plane pas mal, son esprit est entrain de voler au-dessus d'un océan, dans un ciel de coton où les nuages sont de la barbe à papa. Si vous vouliez une conversation sérieuse avec lui, faudra attendre demain. Voir après demain. Machinalement, il porte son verre à ses lèvres de Whisky Pur-Feu et le finit d'un trait, la chaleur qui se répand dans son coeur lui brûle jusqu'au bout des doigts, enflammant son coeur au passage. C'est dans ce genre de moment qu'il se rend compte qu'il est vraiment seul, trop accroché aux basques de l'Orphelinat pour pouvoir s'en détacher, trop attacher à Alejandra, et Kaprice à qui il lui a insufflé l'art de manier l'éther. Finalement, Sidney penche sa tête en arrière, les yeux clos et tentant de chasser au loin les pensées qui l'assaillent, se trouvant pitoyable parmi les plus pitoyables. Si, en faite, il peut peut-être lui resté quelqu'un. La chaise tombe dans un mouvement brusque, un clac sonore, alors qu'il se lève d'un pas assuré, se faufilant déjà entre la foule alors que la musique résonne plus forte que jamais. We've got all the wrong moves and all the wrong faces. Il se dirige vers le bar, tout les regards tournés vers lui, ou du moins c'est ce qu'il pense. Sidney sait que s'il l'attrape, derrière son comptoir,et qu'il lui demande, il viendra avec lui. Il vient toujours avec lui, parce que Sidney est un peu perturbé, et que lui est calme et qu'il sait toujours l'apaiser. Ce sont ses yeux qui lui donnent tout le réconfort. Et dans son esprit déjanté, il a l'impression que tout le monde le regarde, que tout le monde, que comme à chaque fois, sait qu'il va le chercher Lui. They said, everybody knows, everybody knows where we're going. Sidney arrive finalement au bar, et il est bien là. Les yeux du cadet rencontrent immédiatement les deux iris bleus. Ca va déjà mieux. Même s'il est loin de penser que ce soir ce sera différent... Le visage de son aîné fait serrer le coeur de Sidney. Oui, il sera toujours là. So, yeah, we're going down.

    « Sky. » murmure-t-il finalement, ne sachant quoi rajouter.

    Il ne sait jamais quoi rajouter, de toute manière, il attend juste que le serveur lui réponde, lui dise à son tour son prénom. Cramponné au bar, comme cramponné à sa vie, l'orphelin dévisage Sky et attend patiemment. Il le voit boire dans un verre, et le cadet darde son regard noisette dessus, il veut y goûter. C'est pleins de couleurs, et l'éther lui fait même croire qu'une odeur délicieuse s'en échappe. Mais en réalité il n'y a rien du tout, n'empêche qu'il a envie d'y goûter. Parce que son aîné le boit, ça ne peut qu'être bon pour lui. Alors sans un mot, il glisse son bras au-dessus du bar, dans son pull blanc un peu trop grand, il a l'air d'un enfant à la ramasse. Ou d'un adulte qui n'a pas grandit. C'est l'air sur son visage, l'air absent qui fait penser à ça, et lorsque ses doigts se posent sur le verre, ce sont aussi les dizaines de griffures dessus qui le font penser à un enfant insouciant. Des pansements aussi, car Sidney ne fait jamais attention, se coupe facilement, et lorsque l'éther l'a sous son emprise, il oublie dès fois de faire gaffe et tout devient dangereux pour lui, comme les lames avec lesquels il s'amuse. Et lorsqu'il le porte à ses lèvres pour boire une gorgée ou deux, le long pull blanc dévoile quand même des cicatrices le long de son poignet. A force, on le connait, on ne fait plus gaffe, alors Sidney se sent rassuré et sait qu'il peut continuer tranquillement. Personne ne le juge, et sinon, il dit qu'il est vraiment maladroit. Just paint the picture of a perfect place. Alors il repose le verre devant Sky, il ne va pas tout lui boire, c'était juste pour goûter, et ses papilles n'ont pas trouvé ça appétissant. Alors finalement il se lance, se penche sur le bar pour trouver l'oreille du jeune homme, pour lui murmurer.

    « Tu veux bien venir avec moi ? »

    Et déjà le jeune homme s'éloigne, que la réponse soit négative ou pas, il a besoin d'une cigarette. Sky sait où le trouver, alors, ses pas le mènent jusqu'à la sortie, se frayant un chemin entre les différentes personnes, son pull lui donnait cet air fantomatique, accentuant encore plus son côté fragile et enfant. Enfin, à l'arrière du bar dans une salle fumeur faite exprès, Sidney se love dans un canapé, et même là le monde se bouscule, plus pour s'embrasser et se sauter à moitié dessus que pour fumer. Mais lui, dans son coin, il sort sa cigarette et l'allume, inspirant la première bouffée, guettant l'arrivée de son aîné, ou non. They got it better than what anyone's told you.






Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Sky A. McKenzie
MINISTERE. ► Voyant.
Gardien de la salle des Prophéties

► MESSAGES : 65
Ven 23 Sep - 12:48



    feat. Mercutio Ravensdale.

    Une soirée comme une autre à l'Amstramgram pour le jeune Mercutio Ravensdale, ou plutôt, une partie de chasse comme une autre pour le Gallois. Si on lui a interdit de chasser comme le faisaient son frère et sa sœur, sous prétexte qu'il n'était pas assez doué pour ça, le jeune homme s'adonnait ici à une autre sorte de traque et sa proie était déjà toute trouvée depuis quelques jours. Il y avait ce serveur, un petit nouveau en Angleterre d'après ce qu'on disait, qui aurait quitté l'Université de Rosenkrantz pour venir étudier en Grande-Bretagne. Un beau mec, aux allures de petit garçon innocent et naïf à en croire son comportement amical et bon samaritain avec tout le monde ; il ne devrait pas être trop difficile à berner, se disait l'expert avec un demi-sourire. Toutefois, mieux valait être prudent et, c'est tel un prédateur que Mercutio attend le moment idéal pour attaquer, pour prendre possession de son nouveau jouet. Déjà, il l'imagine nu sur un lit, ses beaux yeux bleu océan dans le vague, ses longs cheveux collés à son visage par la transpiration et ses gémissements du mec qui ne comprend pas ce qui lui arrive tandis qu'il s'amuserait avec lui. Et au petit matin, un sort d'Oubliettes lui ferait bien vite oublier que tout cela avait eu lieu. Rien qu'à l'idée, le Gallois se sentait pousser des ailes. Un simple moment d'inattention de la part de Sky, un verre qu'il ramasse, un client avec lequel il discute, et il n'en faut pas plus pour que Mercutio vide dans le verre du jeune serveur le contenu d'une petite fiole de verre qu'il tient dans sa poche. Ce n'est qu'une question de secondes et tout le monde n'y a vu que du feu. Un sourire sur les lèvres, il retourne s'asseoir à sa table, de son point de vue stratégique, ne perdant pas des yeux sa victime. Ce qu'il a versé ? Il ne le sait même plus tellement il est fourni en potions et élixir de tous genres. Tout ce qu'il sait, c'est que dans tous les cas, soit Sky sera soudain prise d'une irrépréhensible envie de faire l'amour avec la première personne qui passe, soit il sera tellement stone qu'il se laissera faire, quoiqu'on puisse bien lui demander.

    Sky quant à lui ne se doute de rien, toujours ce sourire avenant sur les lèvres, cette bonne humeur communicative. Il attrape son verre du bout des doigts, entre deux coupes de champagne à essuyer, et plonge ses lèvres dedans, avalant de longues gorgées, sans se douter une seconde de ce qu'on a bien pu verser dans sa boisson. Un sourire pour Juliette, un pour Gaëlle et il reprend son nettoyage de la vaisselle en sifflotant. « Sky. » Il se retourne en entendant son prénom et cherche du regard qui l'a appelé, ses prunelles bleu banquise tombant sur Sidney. Il penche légèrement la tête sur le côté, et a un demi-sourire. « Oui, Sid' ? » Il le regarde avec attention parce qu'il connaît suffisamment bien le jeune homme pour savoir qu'il est quasiment toujours sous substance douteuse et qu'il faut toujours le surveiller de loin, au cas où il s'effondrerait comme la coquille fragile qu'il était. Alors quand Sidney lui demande un truc, généralement, Sky s'exécute, parce qu'il tient à lui et qu'il veille à sa santé, comme il peut. A nouveau, le jeune Russe plonge ses lèvres dans son verre et boit le liquide, sous l’œil déjà avide de Mercutio, bientôt distrait par une sublime blonde qui vient s'asseoir à ses côtés en lui faisant de l’œil. Sky voit le bras de Sidney passer par dessus le comptoir, pour lui subtiliser son verre et en boire de longues gorgées. Haussant tout de même un sourcil interrogateur, il le laisse faire avec un sourire presque attendri, comme le ferait un aîné avec son petit frère. Il voit que Sid' se penche par dessus le bar pour lui dire quelque chose et il se penche à son tour dans sa direction pour entendre son murmure au creux de son oreille. « Tu veux bien venir avec moi ? » Et sans attendre sa réponse, Sidney s'éloigne déjà vers le fumoir. Posant son torchon, Sky le suit du regard, puis avec un soupir, il attrape son verre, le vide d'un cul sec et le pose dans l'évier avant d'emboîter le pas à Sidney.

    Il le suit et le retrouve lové dans un canapé, au fond de la salle fumeur, qui ressemble vaguement plus à une maison close là tout de suite. En temps normal, il aurait viré tous ces bécoteurs qui se croyaient dans leur chambre mais là, Sidney était plus important que tous ces jeunes en mal de sensations fortes. Il le regarde allumer sa clope, cligne plusieurs fois des yeux comme il sent ses rétines qui le brûlent sans la moindre raison, se frotte le visage pour se défaire de cette sensation d'engourdissement qui le prend subitement et reporte son attention sur le jeune homme. « Qu'est-ce qui se passe, Sid' ? Ça va pas ? » Il grimace comme même le son de sa propre voix lui donne mal au crâne tout à coup alors qu'il allait parfaitement bien il y a quelques minutes. Il porte ses mains à ses tempes vrillées par la douleur, si bien qu'il n'entend même pas la réponse du jeune homme si jamais il lui répond. De longues minutes se passent qui ne font qu'empirer brusquement l'état du jeune serveur. Cœur qui palpite, migraine, engourdissement soudain, il se sent comme vidé de toute énergie subitement, comme s'il n'avait pas dormi depuis des jours et lentement, ce sont ses forces qui l'abandonnent. Il couine en fermant les yeux parce que même la lumière tamisée de l'Amstramgram lui donne envie de mourir et ses doigts s'agrippent mollement à la chemise de Sidney tandis qu'il murmure difficilement. « Attends, Sid'... Je... » Une première larme dévale sa joue à travers ses paupières closes et il tombe contre le jeune homme, sa tête venant trouver son épaule tandis qu'il chuchote à peine. « Ramène-moi... chez moi. Je... S'il te plaît. » Il ne sait pas encore ce qui lui arrive mais il s'imagine que c'est une vision du futur particulièrement forte qui lui arrive et il ne veut pas que ça se passe devant tous ces gens qu'il ne connaît pas. Toutefois, il s'inquiète. Son don de voyance ne l'a jamais fait souffrir comme ça alors... qu'est-ce que c'est ?






Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Nuttah R. Lawson
GRYFFONDOR. ► septième année.

► MESSAGES : 56
Dim 25 Sep - 10:27


    Dès fois, un peu enfant, Sidney appelle et dérange pour rien. Comme ce soir, où il se sent affreusement seul, il veut juste se rattacher à quelqu'un qui peut lui dire qu'il compte pour lui. Comme Sky, comme ce grand-frère qu'il n'a jamais eu. Un rêve de famille, oui, mais l'Orphelinat est un tel refuge et un quotidien sans surprise, que Sidney a peur de quitter. L'imprévisible ? Trop peu pour lui. Assis sur son canapé, les couples autour de lui ne l'intéresse pas, alors que sa tête est posé contre le dossier, ses yeux à moitié clos. C'est un battement à peine perceptible dans son coeur qui le fait réagir, il l'a sentit non loin de lui, Sky vient d'arriver. L'orphelin ouvre doucement ses yeux, il s'en veut de le déranger comme ça, de l'inquiéter. Sky, il s'inquiète vite. Le jeune homme tente de se concentrer, mais rien n'y fait, la drogue ça ne pardonne pas, et il plane dans les plus hauts cieux. Mais lorsqu'il est à ses côtés, Sidney a quand même une attention particulière pour lui et l'écoute, lui demander ce qu'il se passe. Ca va, si on prend en compte le fait que c'est l'une de ses déprimes passagères, dues aux drogues. Oh il n'aurait pas du l'appeler. Alors que l'ancien Serdaigle entrouvre ses lèvres pour répondre, il voit son ainé porter ses mains à sa tête, comme si une douleur soudaine le prenait. Aussitôt, comme un automate, comme si le mouvement avait été vu un million de fois, pratiqué une centaine de fois, Sidney se tourne vers lui et pose ses mains sur les siennes. Avoir été élevé au côté d'un médecin, à l'avoir regardé minutieusement et avoir subit une certaine éducation, le jeune homme sait comment réagir, arriverait même à diagnostiquer le mal et à le soigner. Mais à peine a-t-il posé ses mains sur les siennes, que Sky glisse contre lui, sa main venant agripper le pull bien trop grand. Une larme roule sur sa joue, et c'est ce qui déclenche en Sidney l'alarme, et sa main se pose sur sa joue brûlante, son autre bras le tenant contre lui. L'orphelin penche un peu sa tête sur celle de son ainé pour mieux l'écouter et son pouce essuit doucement la larme sur sa joue.

    « Ramène-moi... chez moi. Je... S'il te plaît. »
    « Je... » Sidney hésite, il a la force d'une crevette et les drogues le font planer. Il murmure finalement. « D'accord. »

    Preuve qu'il ne sait plus ce qu'il fait. Mais lorsqu'il se redresse en soulevant le corps de Sky avec lui, sa main se glisse sur sa taille, le tenant fermement contre lui alors que de son autre main il fait passer le bras du brun sur ses épaules, lui donnant un appui. Difficilement, il l'entraîne dehors par la porte de secours, alors qu'il se mordille la lèvre, il est pas dans la merde ! Et il se rapelle qu'il est sorcier, cet idiot, alors il transplane jusqu'à la cambuse de Sky & les Skyettes. Sidney tente alors d'ouvrir la porte, mais elle est fermée à clef, bien sûr, faut pas être idiot... Alors le cadet se tourne vers Sky et se mordille la lèvre, avant de murmurer un 'désolé' et de fouiller dans sa poche arrière à la recher des clefs. Heureusement, elles se trouvent là, et le jeune homme s'en empare bien vite avant d'ouvrir la porte comme si de rien n'était, et de conduire son ainé jusqu'à la chambre. Finalement, il le fait se coucher et observe doucement ses yeux bleus, son visage plein de sueurs et le médecin au fond de lui fronce ses sourcils. C'était quoi ça ? Finalement, Sidney va chercher un linge mouillé et le ramène pour éponger doucement son visage et son front, retirant les quelques mèches brunes collé contre. L'orphelin finit par sourire doucement au jeune homme et repose le linge dans la bassine à côté de lui.

    « Sky, tu étais malade ? T'aurais pas du te rendre au travail... »

    Doucement, prenant très à coeur son rôle de médecin, et surtout parce qu'il plane quand même, Sidney glisse une main sur la joue de Sky et vient poser ses lèvres sur son front, pour voir s'il a de la température.






Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Sky A. McKenzie
MINISTERE. ► Voyant.
Gardien de la salle des Prophéties

► MESSAGES : 65
Mer 11 Jan - 16:16


    « Ramène-moi... chez moi. Je... S'il te plaît. » « Je... » Les doigts du jeune Russe se resserrent davantage sur le bras de son cadet et il lui adresse un regard plein de suppliques qui doit légèrement faire paniquer Sidney, lui qui sait bien que Sky n'a pourtant jamais été demandeur du moindre service. Bien au contraire, il est plutôt le genre à donner sa chemise aux autres, quitte à avoir froid. « D'accord. » Pendant ce temps, Mercutio, ses prunelles ocre-acajou distraites par la jolie blonde qui vient de s'asseoir à sa table, ne voit même sa proie partir, soutenue par un jeune homme bien plus frêle. Sinon, ne doutez pas qu'il se serait précipités pour les aider et qu'il aurait fini par trouver un moyen de se retrouver seul avec le jeune serveur ; il n'avait pas pour habitude qu'on lui retire l'objet de sa chasse sous son nez. Le transplanage incité par Sidney manque de le faire vomir dès lors que ses pieds retouchent le sol mais il n'a même pas la force suffisante pour régurgiter quoique ce soit. Appuyé sur son cadet, les yeux embués de larmes qui lui retirent une bonne partie de sa vision, ses cheveux bruns collés à son front par la sueur, Sky ne reconnaît même pas le couloir de la résidence universitaire. Il vacille, ses jambes flageolantes prêtes déjà à l'abandonner, mais le bras de Sidney le rattrape maladroitement en même temps que son autre main fouille la poche arrière du pantalon du Russe pour en extirper ses clés. Bien entendu, Gaëlle et Juliette ne sont pas là, après tout, un samedi soir, elles ont bien mieux à faire que de rester enfermées dans leur cambuse commune. Il se traîne plus qu'il ne marche, guidé par le jeune homme, jusqu'à sa chambre, et la sensation des draps frais de son lit sur sa peau apaise sa douleur pour quelques temps. Il va mourir c'est sûr, cette chaleur qui le brûle de l'intérieur va le brûler. Un linge humide sur son front lui arrache un sourire, comme si c'était le plus beau cadeau qu'on puisse lui faire et il ouvre à demi les yeux, les clignant plusieurs fois et mettant de longues secondes à voir enfin. Ses prunelles bleues se posent sur Sidney tout d'abord puis parcourt l'endroit où il se trouve, de façon circulaire, reconnaissant sa chambre sans parvenir à se souvenir de comment il est arrivé jusque là.

    « Sky, tu étais malade ? T'aurais pas du te rendre au travail... » Il se redresse un peu dans son lit et baisse les yeux, tentant de réfléchir. Malade ? Non, il n'était pas malade, il allait même très bien jusqu'à il y avait encore une heure et puis, soudain, sans qu'il n'en comprenne les raisons, le monde s'était mis à tourner autour de lui. Il sursaute en sentant la main de Sidney se poser sur sa joue et il lève ses yeux brillants vers lui, les baissant subitement lorsqu'il sent les lèvres de son docteur improvisé se poser sur son front. Ses joues s'empourprent tout à coup et il ne sait pas s'il doit mettre ça sur le compte de son inexplicable maladie ou si c'est autre chose. Ce qu'il sait c'est, que hormis cette chaleur dévorante qui lui laboure les entrailles, le reste de ses symptômes semblent avoir disparus. « Je... Je reviens, j'vais prendre une douche. Attends-moi là. » Sans attendre la réponse, il se lève, un peu difficilement au départ, avant de se diriger vers la salle de bains, fermant la porte à clés et se plongeant presque aussitôt -après s'être débarrassé de ses vêtements toutefois- sous l'eau glacée. Glacée, oui, parce qu'il meurt de chaud et que même la douche froide ne l'apaise pas, alors il se colle contre le carrelage, laissant l'eau ruisseler sur son corps sans parvenir à le rafraîchir. Il finit par renoncer devant l'inutilité sordide de ses différents efforts et ses yeux se posent, rougissant, sur sa virilité qui semble vouloir faire des siennes et qui n'a pas, elle non plus, était affectée le moins du monde par sa douche glacée. Il s'emballe dans un peignoir en éponge blanc et sort finalement de la salle de bains, les pieds nus et les cheveux encore trempés, les yeux brillants d'une lueur maladive, tandis qu'il retourne à sa chambre, traversant le salon, et refermant la porte derrière lui. Sidney est toujours là, comme il s'y attendait, et le jeune Russe n'y va pas par quatre chemins tandis qu'il se dirige vers son cadet, l'attrapant par le bras, se laissant tomber sur le lit, l'attirant dans sa chute et le laissant le surplomber comme le jeune Lawson s'est retenu avec ses bras de crainte de lui tomber dessus, sans doute. Il ne sait pas ce qui lui prend. Tout ce qu'il sait, c'est que s'il ne fait pas l'amour, là tout de suite, c'est sûr, il va crever. Ses doigts s'accrochent déjà à la chemise du jeune homme, en faisant sauter les premiers boutons, trop impatients et sa voix supplie à l'instar de ses yeux. « Pitié, Sidney, me laisse pas comme ça... Il faut que je... que je... » Les mots ne sortent pas alors il laisse ses doigts parler à sa place comme déjà ces derniers redescendent pour se poser, légèrement, sur l'entrejambe du jeune homme, timides mais pas moins demandeurs.






Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Nuttah R. Lawson
GRYFFONDOR. ► septième année.

► MESSAGES : 56
Mer 25 Jan - 20:55



ft. Sidney Lawson

    « Je... Je reviens, j'vais prendre une douche. Attends-moi là. » A vrai dire Sidney n'a rien à répondre, il se contente de hocher la tête et de détourner son regard, tout en s'éloignant et en s'asseyant au bout du lit, gentiment. Il ne sait pas vraiment quoi faire, il n'ose même pas bouger d'un seul cheveux en faite... Il connait cet endroit, certes, pour être venu à plusieurs reprises avec Sky, cependant il était dans un état plus acceptable que ce soir. Alors que le Russe s'échappe dans la salle de bain, l'orphelin plante ses prunelles chocolat sur la porte et attend patiemment... avec inquiétude, sans doute. Et finalement l'eau s'arrête alors que la porte s'ouvre. Aussitôt, Sidney se redresse du lit, en alerte, redoutant certainement une chute de Sky. Sauf que voilà, son ami ne semble pas être du même avis, parce qu'il l'attrape déjà par le bras, et dans la tête du jeune Lawson, il pense qu'on ne veut plus de lui et qu'on va le mettre à la porte. Sans un mot, il se laisse faire... mais au lieu de se faire jeter, Sky l'attire avec lui sur son lit, et Sidney a tout juste le temps de se retenir de ses bras pour ne pas tomber sur son ami, retenant tout juste un petit hoquet de surprise. Lorsque son regard croise celui du jeune homme, il ne peut s'empêcher de remarquer la rougeur sur ses joues, et rejette au loin le pincement qui le prend au ventre en croisant les yeux glace du jeune homme. « Sky... » Mais à peine a-t-il prononcé son prénom, que le Russe arrache quelques boutons de sa chemise, et que lui sent ses joues s'enflammer délicieusement. Que fait-il ? Encore sous l'emprise des drogues, Sidney met du temps à réagir, mais ses doigts appuient un peu plus contre le matelas, doucement.

    « Pitié, Sidney, me laisse pas comme ça... Il faut que je... que je... » Que quoi ? Sidney se penche un peu avant, pensant certainement que la fin de la phrase meurt sur les lèvres du Russe, et se penche pour l'écouter... Sauf que non, il s'est trompé, alors il ressemble juste à un imbécile à deux doigts d’effleurer ses lèvres. Et là, il sent les doigts de Sky glisser sur son entrejambe, ce qui lui vaut une décharge plutôt plaisante au creux des reins. « Tu veux quoi ? ... » Il met un peu de temps avant de se rendre compte ce qu'il se passe, ce que désire réellement son ami, et lorsqu'il comprend enfin... ses joues sont devenues deux volcans en ébullitions. Comme si la drogue lui donnait un pouvoir qui pouvait dépasser tout ce qu'il espérait, Sidney se voit déboutonner la chemise de Sky alors que ses yeux fixent résolument les siens, déterminé, malgré les joues rougies et sa timidité qui continue à gronder au fond de lui. Mais il est trop tard, l'élan courageux que lui offre la drogue est plus puissant, et alors que sa main finit de déboutonner la chemise, ses yeux dévorent doucement sa peau, ses doigts jouant un ballet aérien sur sa peau. Finalement, Sidney se penche sur lui encore un peu, retrouvant ses yeux bleus, et vient l'embrasser. Bien loin d'être chaste, le baiser est passionné, sensuel, alors que sa langue glisse doucement sur sa lèvre inférieure, puis venant trouver celle de Sky. Sa main, elle, quitte son torse pour retrouver doucement sa hanche, puis sa cuisse, et finalement son entrejambe... Si c'est vraiment lui qu'il veut, il l'aura. Certainement parce que les yeux du Russe l'emprisonnent à chaque fois.






Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Sky A. McKenzie
MINISTERE. ► Voyant.
Gardien de la salle des Prophéties

► MESSAGES : 65
Lun 20 Fév - 23:02


    « Pitié, Sidney, me laisse pas comme ça... Il faut que je... que je... » Qu'il quoi au juste ? Il n'osait pas le dire, quand bien même l'idée était plus présente que dans son esprit. Vraiment présente, comme en témoignent ses doigts qui se posent, malhabiles, sur l'entrejambe de Sidney, les joues non plus rouges mais pourpres tant il a honte tout en étant bien incapable de s'arrêter. Comme il a attiré le jeune homme sur lui, ce dernier se retrouve au-dessus de lui, et le Russe dévore de ses yeux de glace les prunelles chocolatées de son compagnon d'un soir, son cœur tambourinant dans sa poitrine comme un lion en cage, ses doigts fébriles. Il le regarde approcher son visage du sien et, instinctivement, il tend les lèvres vers lui pour l'embrasser mais rien ne se passe alors il se retrouve à lâcher un petit gémissement de frustration. « Tu veux quoi ? ... » Sky déglutit péniblement, un peu tremblant, ses phalanges se resserrant sur l'entrejambe de son cadet, lui faisant comprendre que ce qu'il veut avec autant de passion à l'instant même, c'est lui, rien d'autre que lui. Lawson ne se le fait d'ailleurs pas dire deux fois, comme ses joues s'enflamment elles aussi, preuve que Sky a su se faire saisir quand bien même il n'a pas prononcé le moindre mot. L'espace d'un instant, il craint que Sidney ne le rejette, qu'il ne s'offusque en jurant ses grands dieux que tout ça est dégueulasse. Il imagine même un coup de poing en pleine figure pour refroidir ses ardeurs, même s'il sait pertinemment que cela ne changera rien au désir qui le taraude. Fort heureusement, les doigts du plus jeune s'attaquent presque aussitôt aux boutons de sa chemise, lui arrachant un soupir lascif et un sursaut de plaisir au moment où les phalanges de Sidney parcourent l'épiderme de son torse. Il feule, comme il n'a jamais gémit avec une femme et il se fait presque honte, de se voir si offert aux gestes de son cadet. Au moment précis où leurs lèvres se rencontrent, il se tend comme un arc, se cambre à outrance, et la fougue du baiser, de leurs langues qui se touchent et s'apprivoisent, ne font qu'attiser le feu qui consume ses reins. Il va crever, c'est sûr, encore plus quand la main de Sidney descend de son torse jusqu'à sa cuisse en passant par sa hanche, s'arrêtant finalement sur son entrejambe, provoquant à chaque fois une décharge électrique, aussi agréable que douloureuse. C'est une torture sans nom, comme le désir est trop intense, trop bouillonnant pour être satisfait par de simples caresses alors il gronde, ses doigts attrapant ceux de Sidney, les portant à ses propres lèvres pour les embrasser avant de les mordiller et de les lécher, aguicheur. Il ne sait pas vraiment pourquoi mais il sait que ce genre de trucs a son effet, en tous cas lorsqu'il est fait par des femmes. Peut-être que venant de lui tout cela a l'air complètement ridicule, allez savoir. Tout ce qu'il sait, lui, c'est qu'il a envie comme il n'a jamais eu envie, qu'il supplierait ou qu'il paierait même si cela pouvait accélérer les choses. Alors, il s'impatiente, l'attire à nouveau contre lui pour finalement le faire basculer sous lui, sa main caressant doucement sa joue en un geste qu'il veut tendre alors que tout son être lui crie le contraire, lui hurle de se presser et de faire fi des convenances puisque, après tout, ils sont déjà en train de les transgresser. Déjà, ses doigts, nerveux, font sauter la boutonnière de son pantalon, le descendant un peu plus sur les hanches du jeune homme, dévoilant le haut de son caleçon, les prunelles bleu de glace brillant encore plus à cette vue. Sa poigne s'accroche au poignet du cadet et il susurre à son oreille, les mâchoires crispées comme il n'en peut vraiment plus. « J'suis désolé, Sid'... J'voudrais te faire la cour et savoir être tendre mais... j'te jure, ça me brûle... J'ai juste besoin de passion violente et sauvage, de... de... » Il feule bruyamment, ses doigts se serrant avec sans doute un peu trop de force le poignet du jeune homme. « Sidney... Sidney... J'veux pas te faire de mal... » Il gronde, se pressant encore plus contre lui. Je ne veux pas te faire de mal, mais ça risque d'arriver, pardonne moi...










Contenu sponsorisé




 

All The Right Moves. [Sky]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [Échange & Don] Breed à la demande (DW & Egg Moves)
» [Boutique]Les Egg Moves de Ptéra
» 07. We Will beat you
» Les Moves de Bergevin
» Moves like jagger ◈ 14/06 | 15h05
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POET&PENDULUM. :: entre dans ce monde. :: gestion du personnage; :: Hey McFly!-